Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Eaubonne : les arbres, quasi centenaires, du collège Jules Ferry bientôt abattus

-
Par , France Bleu Paris

Ils offrent de l'ombre aux élèves de cette commune du Val-d'Oise depuis plus de 80 ans et pourtant ils vont devoir être coupés. Une pétition pour s'opposer à l'abattage a recueilli plus de 1500 signatures, mais le chantier a déjà commencé et attriste les riverains.

Les tilleuls du collège Jules Ferry à Eaubonne dans le Val-d'Oise
Les tilleuls du collège Jules Ferry à Eaubonne dans le Val-d'Oise - Virginie Sohier

Eaubonne, France

Les ouvriers sont à l'œuvre depuis mercredi, pour le moment ils font du forage en vue d'installer des préfabriqués à l'endroit même où s'élèvent de vieux arbres. Ces bâtiments temporaires doivent accueillir les élèves du collège Jules Ferry d'Eaubonne (Val-d'Oise) durant des travaux de réhabilitation de l'établissement.

De l'ombre pour des générations d'élèves

Une pétition pour sauver les arbres vieux de 80 ans a recueilli plus de 1500 signatures. "Je les connais depuis toujours, mon grand-père est né en 1920 et les connait depuis toujours. J'ai joué aux billes sous ses arbres, je me suis abrité sous ses arbres", raconte Virginie Sohier  à l’origine de la pétition. 

"Je vois que le moment où ils vont être coupé approche et je suis très attristée", déplore cette mère de famille. "Quand il fait chaud on s'assoit dessous", explique Maud. Elle est scolarisée en 6e dans l'établissement. "S'il n'y a plus les tilleuls et qu'on met des petits arbres il n'y aura plus la même ombre", s’agace la jeune fille.

Des élus sollicités 

Depuis plusieurs semaines, les défenseurs des tilleuls réunis en collectif se sont tournés vers la mairie. La municipalité explique que ce chantier relève du Conseil Départemental et qu'elle ne peut rien faire. Certains riverains ont proposé des alternatives au département pour éviter d'avoir à construire les préfabriqués à la place des arbres. L'option de les installer sur un parking à l'arrière du collège n’a pas été retenue par le Conseil Départemental et n'est pas du gout du maire de la commune.