Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Embarquez avec les gardes de la Réserve naturelle régionale du lac d'Aiguebelette

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Dix campings, huit plages, 100 000 entrées payantes sur les plages sans compter tous les baigneurs disséminés, des pédalos, des barques et ... une Réserve naturelle régionale. Comment faire passer le message de la protection des lieux ?

Chaque jour de la période estivale, les gardes font passer le message de la protection du lac et de ses rives
Chaque jour de la période estivale, les gardes font passer le message de la protection du lac et de ses rives © Radio France - Nathalie Grynszpan

Aiguebelette-le-Lac, France

Les habitués du lac d'Aiguebelette dans l'Avant-pays savoyard savent-ils  qu'il est protégé par un classement en Réserve naturelle régionale (RNR) ? Depuis maintenant quatre ans (2015), un règlement s'applique sur les 545 hectares du lac mais également sur une partie des rives. Au total, lac et rives, la RNR protège 844 hectares. Et quand il faut faire respecter les lieux à des milliers de baigneurs qui souvent ne lisent pas les panneaux ou tout simplement les ignorent, le pari est loin d'être gagné. Deux gardes aidés d'agents de l'Office national des Forêts (ONF) font des tournées quotidiennes sur le lac épaulés par des renforts. 

Une journée ordinaire pour les gardes de la Réserve naturelle régionale, ce sont des PV, des avertissements et beaucoup d'explications

Aujourd'hui on commence par un PV : deux hommes et un barbecue. Plutôt que les 135 euros d'amende, ils vont choisir l'après-midi de sensibilisation. Ce sera sans doute à l'automne. Plus loin, c'est un chien qui barbote dans l'eau. Les propriétaires sont sur la rive, un peu plus haut. Les gardes expliquent gentiment mais fermement que le chien doit être tenu en laisse. Non pas simplement pour ses déjections mais surtout parce-qu'il peut effrayer les oiseaux nicheurs.

Un barbecue sur les rives du lac d'Aiguebelette, c'est 135 euros d'amende  - Radio France
Un barbecue sur les rives du lac d'Aiguebelette, c'est 135 euros d'amende © Radio France - Nathalie Grynszpan

Là, dans les roseaux, entre deux plages, c'est une baigneuse qui s'égare dans la roselière. Les gardes l'invitent à quitter les lieux en lui expliquant qu'elle se trouve dans une Réserve, un site protégé. Retour vers la rive est et le garde est un peu agacé : le chien barbote toujours, sa laisse traînant dans l'eau. L'explication est plus serrée  avec les baigneurs mais le garde se contente, pour cette fois, d'avertir que l'amende pour un chien qui divague dans une Réserve, c'est 68 euros.  On fait le compte : chien sans laisse, barbecues et pénétration dans les roselières, sans oublier les déchets de pique-nique, bref une journée estivale comme une autre dans la Réserve naturelle du lac d'Aiguebelette.

Reportage de Nathalie Grynszpan lors d'un contrôle sur le Lac d'Aiguebelette

Le lac d'Aiguebelette en Savoie entre fréquentation touristique et protection de l'environnement  - Radio France
Le lac d'Aiguebelette en Savoie entre fréquentation touristique et protection de l'environnement © Radio France - Nathalie Grynszpan

"J'ai connu le lac quand j'étais tout petit. C'est vrai que je le vois évoluer et pas forcément en bien" Maryan Ribicic, garde de la Réserve

Maryan Ribicic est garde assermenté de la RNR depuis sa création en 2015. Il constate combien le lac est "un défouloir" pour les gens : "ce n'est pas comme une Réserve classée en haute montagne qui touche un autre public. Le plan d'eau, c'est vraiment le défouloir. L'environnement, cela passe au second plan. En plus, c'est facilement accessible, desservi par l'autoroute". Et le fait que ce soit une Réserve n'est pas encore très connu des visiteurs : "il faut se faire voir. Cela fait quelques années qu'on tourne et notamment les week-end et le bouche à oreille fait le reste du boulot. Une personne qui se fait verbaliser en parle autour de lui. Nous, on y croit. On est un peu des enfants du pays, on aime cet endroit , on veut le protéger. Moi j'ai grandi ici, j'ai connu le lac quand j'étais tout petit. C'est vrai que je le vois évoluer et pas forcément en bien".

Choix de la station

France Bleu