Climat – Environnement

En Côte-d’Or, des communes sont toujours privées d’eau potable en 2017

Par Christophe Tourné et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mercredi 22 mars 2017 à 15:27

Journée mondiale de l'eau (illustration)
Journée mondiale de l'eau (illustration) © Maxppp - PELAEZ Julio

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, focus sur deux communes de la Côte-d’Or où aujourd’hui encore, leurs habitants ne peuvent toujours pas consommer l’eau du robinet. Cela fait des années que cela dure.

Savez-vous qu'il existe des communes en Côte-d’Or où, en 2017, on ne peut toujours pas boire l'eau du robinet, ni l'utiliser pour faire la vaisselle ou même se brosser les dents? C’est pourtant le cas dans les villages de Bussières et de Busserotte-et-Montenaille. Ces deux petites communes de 30 et 40 habitants sont situées à cinquante kilomètres au Nord de Dijon, dans le canton d'Is-sur-Tille.

Un rappel à l’ordre

Nous vous avons déjà évoqué ces deux villages sur France Bleu Bourgogne en janvier dernier à l'occasion de la publication d'une vaste enquête de l'"UFC Que Choisir.

Dans le village de Busserotte-et-Montenaille les habitants ne boivent pas l'eau du robinet malgré les dernières analyses de l'ARS qui montrent une tendance à l'amélioration - Radio France
Dans le village de Busserotte-et-Montenaille les habitants ne boivent pas l'eau du robinet malgré les dernières analyses de l'ARS qui montrent une tendance à l'amélioration © Radio France - Thomas Nougaillon

Au niveau national, l'association, s'était interrogée sur la qualité de l'eau du robinet. L'"UFC Que Choisir?" avait même publié une carte interactive consultable par l'ensemble des usagers quelque soit l'endroit où ils habitent. L'ensemble des trente six mille communes françaises avaient été passées au crible à la recherche de cinquante polluants.

En Côte-d’Or, l'eau du robinet avait, elle aussi, été testée. 98% des habitants du département peuvent la boire en toute confiance (c'est trois points de mieux qu'au niveau national). Mais l’enquête montre aussi que dans 48 communes -essentiellement rurales- l'eau est troublée par des polluants d'origine agricole, nitrates, pesticides..., avec deux gros points noirs, à Busserotte-et-Montenaille et Bussières. L'"UFC Que Choisir?" avait même adressé un ultimatum aux deux maires, co-gestionnaires d'un captage et qui gèrent la distribution de l'eau.

L'eau de Busserotte au centre des débats  - Radio France
L'eau de Busserotte au centre des débats © Radio France - Thomas Nougaillon

Une eau régulièrement jugée impropre à la consommation par l'Agence Régionale de Santé. Moins de deux mois après, à l'occasion de la journée mondiale de l'eau, l'association organisait une réunion à la mairie de Busserotte ce mercredi. Réunion en présence des deux maires et d'une petite dizaine de villageois. Les deux élus devaient préciser les mesures qu'ils comptent mettre en œuvre pour remédier à cette situation.

La journée mondiale de l'eau  - Visactu
La journée mondiale de l'eau © Visactu

Une solution bricolage ?

A Busserotte, le maire, a trouvé une solution ou plutôt un "bricolage" selon l'"UFC Que Choisir?". Soutenu par le maire de Bussières, par ailleurs président de la communauté de communes "Tille et Venelle", le maire propose un forage au hameau de Pavillon tout proche des deux villages. Si les travaux vont au bout, cela pourrait tout de même, prendre quatre à cinq ans avant que l'on retrouve une eau potable au robinet.

Le maire de Busserotte, Jean-Marie Mugnier - Radio France
Le maire de Busserotte, Jean-Marie Mugnier © Radio France - Thomas Nougaillon

Le temps que des travaux soient engagés, les communes ont fait une demande de dérogation auprès des pouvoirs publics afin d'autoriser la consommation de l'eau du robinet. A Bussières, on continue donc de boire l'eau captée à la source de Fontaine Gelin (moins polluée sur les hauteurs!). A Busserotte-et-Montenaille, le maire a délaissé ce captage et trouvé une solution temporaire: une source sur laquelle il s'est branché pour alimenter ses administrés ("un bricolage" selon l'UFC!).

En attendant les témoignages sont édifiants, à l'image de cet habitant, Gérard Lautrey, retraité. Il vit à Bussières depuis quatorze ans et depuis des années, il ne boit plus l'eau du robinet de peur de s'intoxiquer !

La réunion des maires, des habitants et de l'UFC que choisir à Busserotte - Radio France
La réunion des maires, des habitants et de l'UFC que choisir à Busserotte © Radio France - Thomas Nougaillon