Climat – Environnement

EN IMAGES - Six mois d'occupation des anti-GDE à Nonant-le-Pin

Par Jean-Baptiste Marie, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) vendredi 18 avril 2014 à 7:00

GDE Nonant-le-Pin : l'entrée de la décharge, bloquée.
GDE Nonant-le-Pin : l'entrée de la décharge, bloquée. © Radio France - - Jean-Baptiste Marie

Le 24 avril prochain, cela fera six mois que les opposants à la décharge industrielle de GDE de Nonant-le-Pin (Orne) en bloquent l'accès. Ouvert légalement le 22 octobre 2013, le site n'a fonctionné que quarante-huit heures. Les "anti-GDE" disent vouloir se battre contre un pollueur. La société GDE, elle, a obtenu toutes les autorisations pour exploiter son centre. Le bras de fer continue.

Le 22 octobre 2013, l'entreprise Guy Dauphin Environnement (GDE) débutait l'exploitation de son site de Nonant-le-Pin dans l'Orne. Le centre de stockage de déchets industriels n'a fonctionné que deux jours avant que ses opposants ne bloquent l'accès au site. Aujourd'hui, presque six mois après le début du blocus, les "anti-GDE" sont toujours sur place, plus determinés que jamais. Et ce, malgré l'âpre affrontement que se livre les deux camps sur le terrain judiciaire.

Cent-soixante-seize jours plus tard, le campement des opposants à la décharge industrielle tient debout. Ils ont tout aménagé sur place : cuisine, couchettes, espace détente et même un mini-boulodrome pour jouer à la pétanque. L'accès des poids lourds au site de GDE est impossible. Un important camion à chevaux est placé au milieu de l'accès, le long de la route départementale 438. Un peu plus loin, un passage qui permet d'accéder à la décharge est bloqué par deux tracteurs.

GDE Nonant-le-Pin : 176 jours de blocus pour les anti-GDE. - Radio France
GDE Nonant-le-Pin : 176 jours de blocus pour les anti-GDE. © Radio France - - Jean-Baptiste Marie

Relais jour et nuit

Depuis bientôt six mois, les opposants au centre de stockage de déchets se relaient jour et nuit. Il y a toujours des "anti-GDE" sur place, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Certains viennent assurer quelques heures de permanence, entre le levé des enfants et le début du travail. Les plus determinés dorment sur place. En tout cas, des liens se sont tissés entre les opposants, d'âges très différents, d'horizons divers.

"Même si on ne donne que deux heures par jour, même si on amène un plat... Tout contribution est bonne." - Isabelle, une anti-GDE.

Une victoire pour les anti-GDE, mais la bataille n'est pas finie

Jeudi 17 avril 2014, le juge des référés du tribunal de grande instance d'Argentan (Orne) a ordonné la pose de scellés sur les accès à la décharge du groupe Guy Dauphin Environnement. Une décision contestée par la société spécialisée dans le recyclage des déchets. Elle a décidé d'interjeter appel et demande la suspension de la décision de justice. Les opposants, eux, avaient le sourire en cette journée printanière. Ils savent, pourtant, que leur combat n'est pas terminé.

La décision du tribunal d'Argentan réjouit Noelle Sandoze, la présidente de l'association Nonant environnement, opposée à GDE.

La société GDE réagit avec consternation à la décision du tribunal d'Argentan. Réaction de Maître Harada, l'avocat de GDE.

Six mois de blocus chez GDE