Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

En Isère, une chaîne humaine pour dire "non" à la privatisation des barrages hydroélectriques

dimanche 8 avril 2018 à 19:25 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère et France Bleu

À l'initiative du parti communiste et de la CGT Mines-Énergie, plusieurs centaines d'élus et de citoyens se sont réunis sur le barrage du Sautet (Isère), dimanche 8 avril. Ils ont formé une chaîne humaine pour dire "non" à l'entrée du privé dans la gestion des barrages en France.

Les manifestants ont formé une chaîne humaine sur le barrage - Crédits Photo Laurent Moyet
Les manifestants ont formé une chaîne humaine sur le barrage - Crédits Photo Laurent Moyet

Corps, France

Les concessions hydrauliques en France sont publiques, gérées par EDF. Seulement depuis plusieurs années l'Europe met la pression à la France (et aux autres pays) pour ouvrir à la concurrence ce secteur. Alors que les gouvernements précédents n'avaient pas cédé à la pression, celui d'Edouard Philippe, le 15 février, a ouvert de lui-même les discussions pour définir la feuille de route des appels d'offre. 

"L'eau est un bien commun"

Une partie des concessions pourraient être ouvertes à la concurrence dès 2018, et c'est ce qui a provoqué la colère, non seulement des membres du parti communiste mais aussi d'autres responsables politiques. Marie-Noëlle Battistel, députée socialiste de l'Isère, Guillaume Gontard, sénateur Divers Gauche, ou encore Fabien Mulyk, maire de Corps (commune où se trouve le barrage) de droite étaient tous dans le même bateau.

Marie-Noëlle Battistel (en rose), Pierre Laurent (au-dessus), Guillaume Gonthard (écologiste, les bras croisés), tous réunis contre la privatisation des barrages. - Radio France
Marie-Noëlle Battistel (en rose), Pierre Laurent (au-dessus), Guillaume Gonthard (écologiste, les bras croisés), tous réunis contre la privatisation des barrages. © Radio France - Alexandre Berthaud

Selon eux la privatisation va forcément aller contre l'intérêt public. L'hydroélectrique (11% de la production en France), est stockable, et donc mobilisable pour les pics de consommation, en cas de besoin. Un intérêt financier privé se contenterait de la loi de l'offre et de la demande, ce qui entraînerait selon les manifestants une flambée des prix.

  - Radio France
© Radio France

"Non à la privatisation"

Marie-Noëlle Battistel, élue socialiste de l'Isère et spécialiste du dossier (membre de plusieurs commissions parlementaires pour étudier le sort de l'hydroélectricité en France), estime aussi que cela aurait un impact sur la sécurité (les barrages sont de grandes installations), le tourisme (les lacs artificiels maintenus à tel ou tel niveau), et même l'enneigement artificiel. 

Crédits Photo Laurent Moyet - Aucun(e)
Crédits Photo Laurent Moyet

Hulot trop discret ?

L'événement était donc prévu pour faire parler, et mobiliser le public. Selon Pierre Laurent, patron du parti communiste (PCF) présent sur place : _"_l'opinion bien informée ne pourra qu'aller contre cette privatisation".

Guillaume Gontard, sénateur Divers Gauche de l'Isère, en appelle à Nicolas Hulot pour faire bouger les choses. Selon lui le ministre de la transition écologique est beaucoup trop discret sur ce dossier dont dépend pourtant l'avenir énergétique en France.

Crédits Photo Laurent Moyet - Aucun(e)
Crédits Photo Laurent Moyet