Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

En Limousin, "plus de 70% des projets éoliens sont attaqués ou finissent devant la justice"

-
Par , France Bleu Limousin

Le taux de recours contre l'implantation d'éoliennes est plutôt élevé en France, et tout particulièrement en Limousin. En 2020, on sera loin des objectifs fixés par la région. Pour le syndicat des énergies renouvelables, les dossiers sont pourtant soumis à une forte exigence de l'Etat.

Eoliennes
Eoliennes © Radio France - Maxime Tellier

Limousin, France

En l'espace d'un mois, deux projets de parcs éoliens ont récolté un avis défavorable après enquête publique en Corrèze. Les implantations restent rares. Est-ce parce que les dossiers sont mal montés ou parce que la résistance des habitants est forte ? Laurent Albuisson, délégué pour le Limousin et le Centre du Syndicat des énergies renouvelables, répondait à 8h15 aux 3 questions de Nicolas Blanzat sur France Bleu Limousin. Son syndicat rassemble 360 entreprises du secteur en France.

Où en est-on aujourd'hui par rapport à ce qui était prévu ? 

On est très en retard, notamment par rapport aux objectifs fixés par l'ex Région Limousin : 600 Mégawatts à l'horizon 2020 par éoliennes. Je pense qu'à cet horizon là, on devrait être seulement à 100 Mw, et encore ! A ce jour, on est à une cinquantaine de Mw construits. 

Et la prévision de 1.500 Mw d'ici 2030 paraît difficilement tenable. Est-ce que le gisement est insuffisant ? 

Non. Le gisement est contrasté. On n'est pas sur des grandes plaines balayées par les vents, comme dans les Hauts-de-France ou en Beauce. Néanmoins, on a des sites largement ventés dans la région, qui permettent de développer des projets tout à fait normaux. Il suffit de regarder un peu vers l'ouest, vers les Charentes, pour voir une densité de parcs éoliens plus importante. 

Il y a beaucoup de réticences chez les riverains. Qu'est-ce qui pose problème ? 

Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a eu un niveau d'exigence assez élevé dès les premiers projets, sur leur instruction et la qualité sollicitée pour les autoriser. C'est bien, parce que ça permet de s'assurer que la qualité des projets est irréprochable. C'est aussi un frein à l'arrivée des nouveaux projets, parce qu'il faut réaliser des études toujours plus précises et toujours plus longues. 

Les services de l'Etat sont très exigeants ? 

Ils le sont. Et ils le sont depuis toujours. Mais on a aussi la problématique des opposants, avec beaucoup de recours. A l'échelle nationale, le taux de recours est assez important, et il y a certaines régions, dont le Limousin, où le niveau est encore plus haut. On a plus de 70% des dossiers qui sont attaqués. Et je ne parle que des projets qui ont été autorisés ! 

Est-ce que certaines entreprises ne sont pas un peu légères dans la façon de présenter leur dossier ?

Clairement, ça n'est pas le cas, ça a pu être le cas il y a une quinzaine ou une vingtaine d'années, aux tout débuts de l'éolien, où le régime d'autorisation était assez léger. Aujourd'hui, on est sur un régime de très haute qualité environnementale. On est sur des dossiers de 700 pages d'analyses paysagère, sur les oiseaux, les chauve-souris, les plantes, des études qui comportent un volet acoustique très important. Quand bien même des entreprises voudraient être légères dans leurs études, elles ne pourraient pas. Il faut avoir à l'esprit que l'étude des projets autorisés est faite directement par les services des préfectures. 

Pour connaître les implantations, les projets éoliens en cours en Corrèze, c'est ici, et pour la Haute-Vienne, c'est par là.

Choix de la station

France Bleu