Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : L'actu de la mer

En route vers 2018 : quid du parc éolien de Dieppe - Le Tréport ?

samedi 6 janvier 2018 à 6:01 Par Antoine Quevilly, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le projet de 62 éoliennes offshore au large de Dieppe et du Tréport verra t-il le jour ? Le dossier mené par le groupe Engie est contesté notamment par les pêcheurs qui critiquent la zone choisie, la plus poissonneuse. 2018 sera l’année où l'on saura si le projet tombe à l'eau ou non.

L'avenir du projet d'éoliennes en mer au large de Dieppe et du Tréport se joue le 1er février
L'avenir du projet d'éoliennes en mer au large de Dieppe et du Tréport se joue le 1er février © Maxppp - Olivier Corsan

Le futur parc éolien au large de Dieppe et du Tréport, voilà plus de 10 ans qu'on en parle, et l'agence française de la biodiversité doit se prononcer sur le dossier le 1er février 2018. La position de l'AFB s'avère cruciale, car c'est elle qui chapeaute les neuf parcs naturels marins français. Or en octobre dernier à Abbeville, le parc naturel marin des estuaires picards a rendu un avis négatif au projet, par 34 voix contre, 20 pour et 2 abstentions. L'AFB ira t-elle jusqu'à déjuger la position de l'un de ses parcs ? Ce n'est encore jamais arrivé. Un signe qui ne trompe pas, la décision attendue en novembre a donc été reportée au mois prochain.

Des éoliennes plus hautes de 15 mètres 

Entre temps, en décembre, l'agence a auditionné Engie, qui a proposé des solutions techniques aux inquiétudes soulevées. Le groupe s'engagerait notamment à relever de 15 mètres les éoliennes afin de minimiser les risques de collision avec les oiseaux. L'installation des pieux de fondations seraient stoppés durant 4 mois, soit la période de nidification des espèces marines. Enfin, Engie promet de réduire de 50 % le relargage de métaux lourds dans l'eau lié à la corrosion des pieux. En bref, de quoi parvenir à convaincre l'AFB, sans pour autant remettre en cause l'essence même du projet. Les éoliennes sont toujours théoriquement attendues en 2021.