Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Encore une semaine d’orages sur l’Occitanie selon Météo France

mercredi 6 juin 2018 à 14:09 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

Eclairs, foudre, trombes d’eau, grêle, inondations, cela fait un mois que ça dure. Selon Pascal Boureau, chef prévisionniste à Météo France, cet épisode exceptionnel de « pluies tropicales » devrait se calmer en milieu de semaine prochaine.

Un orage de grêle sur le quartier des Minimes à Toulouse
Un orage de grêle sur le quartier des Minimes à Toulouse © Radio France - Magalie Lacombe

Toulouse, France

15 200 impacts de foudre, les orages ont encore frappé un peu partout en France cette nuit de Mardi à Mercredi. En Haute Garonne, sur l’Aude, le Tarn, le Gers, l’Aveyron, il est tombé en l’espace d’une heure l’équivalent d’un mois de précipitations. Cela fait presque un mois que cela dure. Comment expliquer cet épisode d’orages exceptionnel à cette période de l’année ? On fait le point avec Pascal Boureau, chef prévisionniste à Météo France à Blagnac.

Réécoutez Pascal Boureau de Météo France sur l'évolution des orages en Occitanie

Pascal Boureau , chef prévisionniste à Météo France invité de France Bleu Occitanie - Radio France
Pascal Boureau , chef prévisionniste à Météo France invité de France Bleu Occitanie © Radio France - Alban Forlot

France Bleu Occitanie : Vous avez observé cette nouvelle vague d'orage cette nuit, ça a été violent par endroit ?

Pascal Boureau : Dès hier en fin d’après-midi sur le Minervois, le Lauragais, le nord de la région toulousaine et à nouveau sur le Gers et sur l’Aveyron, il y a eu des trombes d’eau jusqu’à 50 litres par m2 en moins d’une heure, ce qui est considérable et qui provoque évidemment des inondations. Habituellement au mois de Juin, il tombe entre 50 et 60 litres d’eau au m2 pour l’ensemble du mois. Donc il est tombé par endroit en une heure ce qui tombe habituellement en un mois.

Un tel épisode orageux à cette période de l’année, vous l’expliquez comment ?

Actuellement, la circulation atmosphérique est assez bouleversée, avec de l’air froid en altitude qui dégouline du Groeland et de l’Islande vers le Golfe de Gascogne. De l’air froid qui stationne sur l’Espagne et sur le sud de la France, qui conjugué avec l’air chaud à basse altitude provoque des orages et des pluies diluviennes. L’anticyclone situé sur l’Europe centrale et la Scandinavie bloque les perturbations qui sont obligées de le contourner, elles descendent vers le sud et nous arrosent en permanence. Cela fait plusieurs semaines maintenant que l’on observe ce type de phénomènes. Ce dont on est sûr avec le réchauffement, c’est qu’il y a plus d’énergie à la surface de la terre, et des phénomènes intenses de plus en plus marqués.

Est-ce que ça va durer ?

La bonne nouvelle, c’est qu’on va retrouver une situation plus classique à partir de la mi-juin. L’anticyclone des Açores va pousser sa corne vers l’Espagne et le sud de la France, il va nous apporter un temps plus calme. Quelques passages nuageux encore, mais nous n’aurons plus ces situations orageuses durables. On peut espérer retrouver au fil des jours soleil et chaleur.

Vous pouvez rassurer les agriculteurs ?

Oui, nous allons avoir trois jours de répits, Jeudi, Vendredi et Samedi avec un temps ensoleillé assez chaud, mais à nouveau des orages Samedi soir, puis Dimanche et Lundi. Ensuite, on va vers un temps plus calme, on peut avoir de l’espoir pour le milieu de la semaine prochaine.

Avec tous ces phénomènes, on pense aux effets du réchauffement climatique. Faut-il s’attendre à des évènements de plus en plus violents ?

Les phénomènes intenses vont se multiplier dans les années à venir. Le réchauffement climatique, cela implique plus d’énergie sur la planète, ça veut dire plus d’évènements verticaux dans l’épaisseur des nuages, du coup des pluies plus intenses. Ce qui est à craindre aussi, ce sont des variations brusques de température avec des sautes d’humeur météorologiques, des passages de froid soudain et brutaux à différents moments de l’année. Dans les calculs que l’on fait pour le milieu du siècle, on a la même quantité d’eau sur une année entière, mais sur des périodes de plus en plus courtes, des averses de type tropicales. Le risque de sécheresse est réel dans les périodes estivales, avec des pluies diluviennes sur des durées très courtes.