Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Eoliennes : la Fédération Vendée Tempêtes demande le doublement des distances de sécurité

mardi 9 janvier 2018 à 17:43 Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Les experts étaient toujours à Bouin ce mardi, autour de l'éolienne abattue par la tempête Carmen. De leur côté, les militants de la Fédération Vendée Temptête affirment avoir ramassé des débris à plus de 500m à la ronde, et relancent le débat sur les distances de sécurité.

Les militants affirment avoir ramassé un débris à 519m de l'éolienne tombée à Bouin
Les militants affirment avoir ramassé un débris à 519m de l'éolienne tombée à Bouin © Radio France - Emmanuel Sérazin

Bouin, France

Depuis lundi, 8 experts sont présents à Bouin pour inspecter les restes de l'éolienne brisée par la tempête Carmen le 1er janvier. Il s'agit de déterminer comment le mât d'une soixantaine de mètres de haut a pu se casser net, à quelques mètres de sa base. L'hypothèse d'une tornade atteignant 160 km/h a rapidement été évoquée, mais des explications plus techniques seront incontournables. Le Sydev, gérant du parc, espère avoir "les premières réponses la semaine prochaine".

Un débris à 519m

Sans attendre les conclusions des experts, la Fédération Vendée Tempêtes estime que "cet accident relance le débat sur les distances de sécurité". Evidemment, les militants se sont rendus sur place pour mesurer l'étendue des dégâts. Ils affirment avoir ramassé des débris à 500 mètres autour de l'éolienne couchée par Carmen. "On en a trouvé un jusqu'à 519 mètres,  avant d'être refoulés par les agents de sécurité gardant le périmètre", affirme Robert de Lépinay de l'association Vent de Furie.

L'un des morceaux de pales d'éolienne ramassé par la Fédération Vendée Tempêtes - Radio France
L'un des morceaux de pales d'éolienne ramassé par la Fédération Vendée Tempêtes © Radio France - Emmanuel Sérazin

Faut-il doubler la distance de sécurité ?

Aujourd'hui, la loi française impose une distance de 500 mètres minimum entre une éolienne et la première habitation. Depuis longtemps, la Fédération Vendée Tempêtes milite pour le doublement de cette distance. Mais après l'accident de Bouin, sa présidente May Prate estime que ce n'est plus seulement une question de cadre de vie, mais de sécurité de la population... 

May Prate, présidente de la Fédération Vendée Tempêtes

Les ostréiculteurs pas inquiets face au risque de pollution

En plus de la sécurité, les militants dénoncent le risque de pollution de la nappe phréatique. La tête de l'éolienne, qui relie les pales au mât, pèse presque 100 tonnes, et renferme un carter contenant 500 litres d'huile. En tombant d'environ 60m de hauteur, elle s'est encastrée dans le sol sur une profondeur estimée à 3m. Les militants s'inquiètent donc de voir l'huile se répandre dans la nappe phréatique. "Si j'étais l'ostréiculteur d'en face, je me poserai des questions", lance Robert de Lépinay. Justement, la société Vendée Naissain est installée de l'autre côté de la route, juste en face du champ où est tombée l'éolienne. On y produit les naissains, ensuite utilisés par les ostréiculteurs pour produire des huîtres creuses. Et le directeur n'a pas la moindre inquiétude pour la qualité de l'eau et l'avenir de ses "bébés-huîtres"... 

Frédéric Chénier, responsable de Vendée Naissain

Des contacts ont déjà été pris avec un artisan pour ramasser les petits débris "à l'aide d'un chenillard pour limiter les dégâts dans ce champ où le blé est déjà semé" selon Alain Leboeuf, le président du syndicat mixte exploitant le parc éolien de Bouin. "Cela devrait se faire avant la fin de semaine". En revanche, aucune date n'est encore fixée pour une éventuelle opération de pompage de l'huile.