Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

"Toc toc compost", l'application mobile qui aide les Néo-Aquitains à composter leurs épluchures

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

"Toc toc compost" sera lancée à l'automne 2019 par les Détritivores. Cette application mobile gratuite mettra en relation les habitants qui souhaitent valoriser leurs biodéchets et leurs voisins détenteurs de composteurs.

Un financement participatif a été lancé pour aider au lancement de l'application "Toc toc compost".
Un financement participatif a été lancé pour aider au lancement de l'application "Toc toc compost". - Détritivores

Bordeaux, France

"Donne moi tes épluchures, je te prêterai mon composteur" : ce pourrait être le slogan de l'application Toc Toc Compost, qui sera lancée cet automne par les Détritivores, une association bordelaise. Gratuite, elle permettra de géolocaliser et mettre en relation les personnes qui souhaitent valoriser leurs biodéchets avec leurs voisins détenteurs de composteurs, dans toute la région Nouvelle-Aquitaine.

"Si vous habitez au n°25 et que vous avez des biodéchets, si votre voisine du n°23 a un composteur dans son jardin, vous pouvez lui apporter vos biodéchets si elle vous en donne l'autorisation par le biais de cette application qui la référencera" explique Lucie Ouvrard, la cheffe de projet des Détritivores. Pour aider au lancement de l'application, dont la conception coûte 50 000 euros, l'association a lancé une campagne de financement participatif.

En quoi consiste Toc Toc Compost ?

Nos poubelles sont composées de 30% à 50% de biodéchets selon les Détritivores. - Aucun(e)
Nos poubelles sont composées de 30% à 50% de biodéchets selon les Détritivores. - Détritivores

Le but : éviter le gâchis. Mettre nos épluchures, trognons de pomme et autres coquilles d’œufs dans les poubelles est un non-sens écologique pour Frédéric Petit, le président des Détritivores : "30% du volume de la poubelle des ordures ménagères et 50% de son poids est composé de déchets organiques, c'est-à-dire 90% d'eau. Donc les faire partir en incinérateur ou en enfouissement est une aberration."

Le tri des biodéchets obligatoire d'ici 2025

Cette aberration prendra bientôt fin. D'ici 2025 nous serons tous obligés de trier nos biodéchets. La loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 impose aux collectivités de mettre en place des solutions de compostage ou de ramassage. Dans la métropole bordelaise, 25 000 composteurs individuels ont été distribués gratuitement depuis six ans, et une soixantaine de composteurs collectifs sont installés aux pieds des immeubles. Mais la route est encore longue pour que toutes les épluchures soient valorisées.

L'association des Détritivores va donc lancer une expérimentation à partir de septembre, en partenariat avec la métropole. Pendant un an, plusieurs techniques de ramassage ou de collecte des biodéchets seront testées dans quatre quartiers : Saint-Pierre, Talence-Thouars, Migron à Eysines et un lotissement de Bouliac. "Nous allons par exemple installer des bornes de collecte dans les lotissements, tester la mise à disposition de bacs dans les locaux poubelles d'habitat collectif, ou encore la collecte en vélo-cargo. l'idée est de montrer à Bordeaux métropole quelles solutions fonctionnent, ou non, pour faire de l'étude-action" explique Lucie Ouvrard, cheffe de projet des Détritivores. Le compost obtenu sera ensuite revendu dans des commerces de la métropole bordelaise afin de financer la collecte.

Une expérimentation en septembre : Lucie Ouvrard, cheffe de projet des Détritivores

Choix de la station

France Bleu