Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

EPR de Flamanville : des soudures pourraient provoquer de nouveaux retards

mardi 29 janvier 2019 à 17:40 Par Sixtine Lys, France Bleu Cotentin

Va-t-on vers un nouveau report du démarrage de l'EPR de Flamanville ? L'autorité de sûreté nucléaire a été prudente, lors d'une conférence sur les grands enjeux pour 2019. Alors que le démarrage du réacteur est prévu pour la fin de l'année 2019, EDF doit toujours reprendre plusieurs soudures.

Ce sont huit soudures qui sont ciblées.
Ce sont huit soudures qui sont ciblées. © Radio France - Benoît Martin

Flamanville, France

Le démarrage de l'EPR de Flamanville pourrait être une fois de plus repoussé ? L'autorité de sûreté nucléaire s'est montré très prudente quant à l'avenir du chantier du réacteur, lors de sa conférence sur les grands enjeux de 2019. 

Le nouveau patron de l'ASN, Bernard Doroszusk, a en effet évoqué huit soudures qui nécessitent des réparations et qui sont difficilement accessibles par EDF. Le calendrier, qui prévoit le démarrage du réacteur fin 2019, sera "difficile à tenir."

Situation très préoccupante

L'été dernier, le Comité de réflexion, d'information et de lutte Antinucléaire, le CRILAN, avait porté plainte auprès du procureur de Cherbourg au sujet de ces soudures non conformes. Le président du CRILAN, André Jacques, trouve cette situation très préoccupante. "Le chantier avance, mais _il y a autour de la cuve et des soudures des procès qui n'ont pas encore abouti_. On ne peut pas faire comme si tout allait bien.

Comment peut-on faire des essais à chaud sur une installation qui n'est pas conforme ?"

Principale inquiétude pour Jacques André, le début des essais à chaud sur le circuit secondaire principal mi-février. "Comment peut-on faire des essais à chaud sur une installation qui n'est pas conforme ?" s'interroge-t-il. 

La direction n'a pas souhaité faire de commentaire. L'Autorité de sûreté nucléaire dira au mois de mai si les tests d'EDF sur les soudures sont convaincants.