Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Erosion du littoral girondin : un hiver "normal" selon l'Observatoire de la côte Aquitaine

lundi 5 mars 2018 à 16:55 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

En cette fin d'hiver l'Observatoire de la côte Aquitaine publie ses relevés 2017-2018. Constat : les plages de la Gironde ont reculé d'un à trois mètres en moyenne face aux assauts de l'océan, un phénomène "normal".

Vital Baude co-président de l'Observatoire de la côte Aquitaine
Vital Baude co-président de l'Observatoire de la côte Aquitaine © Radio France - Stéphane Hiscock

La Teste-de-Buch, France

L'océan grignote nos plages ! Cet hiver le littoral girondin a encore souffert de l'érosion. Rien à voir avec le période 2013-2014 qui avait vu nos plages reculer de presque 20 mètres à Lacanau ou Soulac , mais ce recul se confirme encore une fois cette année. "Nous avons perdu de un à trois mètres de sable en moyenne" estime l'Observatoire de la côte aquitaine qui vient de publier son bilan. En cause notamment, les trois grandes tempêtes hivernales : Bruno, Carmen et Eleanor en décembre et janvier dernier. Un recul "normal" estime l'Observatoire de la côte Aquitaine.

On remarque que certaines zones sont plus sensibles à l'érosion, notamment le Nord-Médoc, la Pointe du Cap Ferret et les plages de la Teste-de-Buch. - Vital Baude, co-président de l'Observatoire et conseiller régional en charge du littoral

On ne gagnera pas un bras de fer contre l'Atlantique

Si l'on se penche sur la cartographie on voit que c'est dans le Nord-Médoc que le trait de côte a le plus reculé : trois mètres à Hourtin, deux mètres à Soulac et 1,5 mètres plus au sud en moyenne. Ici ou là des falaises de sable se sont formées au pied de la dune et les plages ont perdu une partie de leur stock, d'où l'apparition parfois des sols fossiles comme à Montalivet ou au Petit Nice à La Teste. 

Cette cartographie pourrait très vite évoluer. Au printemps les courants marins nous ramènent systématiquement du sable, les plages se réengraissent et leur niveau remonte parfois de plusieurs mètres. On ne peut pas faire grand chose contre les éléments, sinon mesurer ses effets sur le littoral et prendre les bonne décisions en matière d'urbanisme ...

Vital Baude