Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les îles Sanguinaires, leurs plantes et leurs secrets

mercredi 25 juillet 2018 à 19:17 Par Olivier Castel, France Bleu RCFM

Après Finochjarola, direction un autre archipel : celui des Sanguinari, dans le golfe d'Aiacciu. Un joyaux aux mille couleurs et aux mille senteurs. 150 espèces de plantes poussent sur l'île du Mezzumari. Un patrimoine botanique qui en cache un autre, historique.

L'île de Mezzumari compte des dizaine d'espèces végétales et beaucoup d'histoire
L'île de Mezzumari compte des dizaine d'espèces végétales et beaucoup d'histoire © Radio France - Olivier Castel

Ajaccio, France

Pour rejoindre la grande île, on grimpe sur un bateau hybride, pour faire moins de bruit. Les touristes admirent l'eau turquoise sur laquelle trône la presqu'île de la Parata et accostent enfin sur l'île du phare, dite "di mezz'à u mari". Avec son un bâton de pèlerin fermement tenu, le guide du jour, c'est Marc Chiappe. Ce botaniste, spécialisé également en aromathérapie et en olphactologie, guide le petit groupe de touristes du jour. Premier arrêt devant un bosquet de lentisque, qu'il frotte dans ses mains et fait humer à une jeune fille.

Ça c’est « u linsticu », le lentisque pistachier, très connu des corses. C’est le roi de Mezzumare ! C’est le plus présent sur l’île. C’est un dé-parasitaire avec une odeur astringente. Pour les jambes lourdes, on va se masser avec les huiles essentielles de lentisque, c’est un décongestionnant. C’est aussi lui qui permettait aux pêcheurs de repérer leur filet. Il reste toujours vert, donc ils le mettaient sur des morceaux de lièges et ils voyaient le lentisque qui luisait au loin. 

Devant les touristes, Marc Chiappe explique, raconte, et transmet sa passion - Radio France
Devant les touristes, Marc Chiappe explique, raconte, et transmet sa passion © Radio France - Olivier Castel

La pression touristique sur le lieu est importante, 450 000 touristes visitent l'archipel chaque année. Marc Chiappe plaide pour une meilleur protection de l'endroit, avec aussi une école de la mer, pour les plus jeunes.

Des plantes, des pierres et des hommes

Arum mange-mouche, immortelle, et bien d'autres recouvrent tel un tapis l'île du Mezzumari. Au bord des chemins de pierre, des ruines de ce qui était jadis le lazaret. C'est là qu'au XVIIIe siècle les pêcheurs de corail, revenant d'Afrique du nord, devaient obligatoirement faire halte pendant 40 jours (la quarantaine). À l'époque les saignées pratiquées sur ces hommes étaient déversées sur les rochers, et selon la légende, c'est cela qui donna le nom aux îles. 

Après la grimpette jusqu'aux vieux sémaphore, retour à l’embarcadère. Elea, 12 ans, est un peut triste de devoir repartir si tôt. "Les plantes ont des secrets ! Elles servent à plein de choses que l'on ne sait pas obligatoirement ! Au départ, moi je ne voulais même pas m'arrêter sur l'île...mais j'ai bien fait de m'arrêter !"

Comme les autres, ce couple de toulousains a embarqué pour une visite guidée  - Radio France
Comme les autres, ce couple de toulousains a embarqué pour une visite guidée © Radio France - Olivier Castel

De jour comme de nuit

Mathieu, touriste lui aussi, semble émerveillé.

Toutes les espèces botaniques, je les ai découvertes. Et puis il y a un aspect historique qui n'est pas inintéressant, ne serait-ce que sur le nom, on en est au moins à trois versions différentes ! Le côté un peu mythique, aussi, du lieu, je trouve ça passionnant ! 

Et pour les promeneurs passionnés du ciel, ou même les amoureux, le mythe se prolonge de nuit sur la presqu'île, pas une lumière pour éclipser le spectacle des étoiles au-dessus de la tour, que l'on contemple allongé sur un banc...

Le reportage d'Olivier Castel