Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

EXCLU - Vers une annulation de l'arrêté autorisant Altéo à poursuivre les rejets liquides des boues rouges en mer

mercredi 13 juin 2018 à 10:26 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Le rapporteur public du tribunal administratif de Marseille, qui examine jeudi 14 juin le recours des opposants aux rejets liquides de l'usine Altéo de Gardanne (Bouches-du-Rhône), devrait proposer d'annuler l'autorisation préfectorale.

Le site de Mange-Garri où sont stockées les résidus de bauxites de l'usine Altéo de Gardanne
Le site de Mange-Garri où sont stockées les résidus de bauxites de l'usine Altéo de Gardanne © Maxppp -

Marseille, France

Le rapporteur public du tribunal administratif de Marseille devrait conclure jeudi 14 juin lors de l'audience consacrée au recours déposé par les opposants à l'usine Altéo de Gardanne à l'annulation de l'arrêté préfectoral autorisant la poursuite du rejet en mer des effluents liquides de boues rouges résultant de l’exploitation de l’usine de fabrication d’alumine de Gardanne, selon l'association de défense de l'environnement (ZEA).

Vers une nouvelle étude d'impact

Le rapporteur public devrait également prescrire au préfet des Bouches-du-Rhône de lancer une nouvelle enquête publique sur l'impact du stockage de résidus de bauxites sur le site de Mange-Garri à Bouc-Bel-Air. La durée de la dérogation accordée pourrait, elle, être raccourcie au 31 décembre 2019, soit deux ans de moins que la durée initialement accordée.

Dans un communiqué, l'assocation ZEA se rejouit de ces conclusions : "Elles rejoignent l’argumentation développée par les requérants qui soutiennent que les effets sur l’environnement et la santé de l’exploitation de l’usine de Gardanne doivent être pris en considération dans leur ensemble et que le simple déplacement des rejets de matière solide de la mer à la terre ne rend pas moins polluante la fabrication de l’alumine."

Un dossier suivi au plus haut niveau de l'État

Depuis 2016, la préfecture des Bouches-du-Rhône a mis plusieurs fois en demeure la société Altéo. Le 25 mai dernier, Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès de Nicolas Hulot, avait indiqué sur France Bleu Provence que l'usine avait réalisé les travaux nécessaires pour empêcher l'envol de poussières rouges après l'épisode des 7 et 8 avril. Lors de la visite de Nicolas Hulot à Marseille pour présenter son plan sur la biodiversité, le ministre avait indiqué que "la situation n'était pas satisfaisante".