Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Exercice de sureté à la centrale nucléaire du Blayais, en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde
Braud-et-Saint-Louis, France

Un exercice de sureté s'est déroulé ce mercredi à la centrale nucléaire du Blayais, en Gironde. La Force d’Action Rapide Nucléaire (FARN) intervient pour secourir un site en difficulté, et simule huit opérations par an.

Les équipes de la Force d’Action Rapide Nucléaire se préparent pour la mission
Les équipes de la Force d’Action Rapide Nucléaire se préparent pour la mission © Radio France - Pauline Pennanec'h

La sécurité de la centrale nucléaire du Blayais est au niveau maximal depuis les attentats de Charlie Hebdo. Rien n'a changé depuis les attentats de Paris : la centrale est sous haute surveillance des militaires et des gendarmes.

À l’extérieur de la centrale, les équipes équipées de gilets jaunes sont briefées par leur chef. Quarante-deux hommes et femmes sont sur le pont, et doivent être préparés à intervenir dans les douze heures après l’alerte : "En général, ce sont les équipes du service régional de Civaux qui arrivent en premiers sur les lieux s'il y a un accident ici" explique Laurent Mercier, directeur adjoint de la FARN.

Le chef du PC commandement gère les opérations
Le chef du PC commandement gère les opérations © Radio France - Pauline Pennanec'h

On leur a confié une mission de réalimentation en eau d'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Blayais. En clair : éviter la fusion du cœur de la centrale en le refroidissant.  Dans la tente militaire à côté d’eux, on se retrouve dans le PC de commandement. C'est l'endroit où sont donnés les ordres et où sont prises les décisions : "On est capable de commander les opérations avec des papiers et des cartes aux murs."

15% du personnel vient du milieu de la sécurité

Tandis qu’une équipe pompe de l’eau dans l’étang en un temps record, le Puma, l’hélicoptère militaire, héliporte les matériaux de secours, mais aussi les équipiers de la FARN. Les équipes vont ensuite refroidir le réacteur de la centrale à l'intérieur du site.

L'hélicoptère met dix secondes à récupérer un colis
L'hélicoptère met dix secondes à récupérer un colis © Radio France - Pauline Pennanec'h

Cette organisation militaire vient surtout du fait que 15% du personnel a baigné dans le milieu de la sécurité : "Ce sont des militaires, des pompiers ou des gens de la sécurité civile, qu'on a recruté chez nous, tant dans l'état major que sur le terrain" explique Laurent Mercier.

Depuis Fukushima en 2011, la FARN n’est jamais intervenue dans une centrale pour une situation réelle d’urgence. Mais  ils doivent être prêts "à ne jamais intervenir".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess