Climat – Environnement

Extraction de sable en baie de Lannion : les opérations ont discrètement commencé en pleine nuit

Par Annaïg Haute, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel mercredi 7 septembre 2016 à 18:20

Les opposants ne comptent pas arrêter leur mobilisation.
Les opposants ne comptent pas arrêter leur mobilisation. © Radio France - Annaïg Haute

C'est une sacrée surprise pour les opposants au projet d'extraction de sable en baie de Lannion. Deux jours après le rejet du recours des opposants par le tribunal administratif, la CAN (Compagnie Armoricaine de Navigation) a commencé l'extraction, dans la nuit de mardi à mercredi.

Les opposants avaient bien l'impression qu'un bateau était en train d'arriver dans la baie. Ils l'ont aperçu sur le site Marine trafic, qui relève les trajets des bateaux. Entre 2h et 4h30, dans la nuit de mardi à mercredi, le sablier est resté sur la zone de la Pointe d'Armor. Mais personne n'a vraiment été prévenu, même le président de Lannion Trégor Communauté, est tombé des nus.

"L'opération a duré environ deux heures", déclare la Compagnie

Il faut dire que le recours des opposants a été rejeté il y a deux jours seulement par le Tribunal administratif, et que plusieurs maires ont déjà annoncé leur intention de saisir le Conseil d'Etat. La CAN, la Compagnie armoricaine de navigation a simplement confirmé le début des opérations dans un mail laconique : "Suite à la décision du Tribunal Administratif de Rennes et conformément aux autorisations délivrées, peut on lire, la Compagnie Armoricaine de Navigation a démarré l'exploitation ce matin sur le site de Pointe d’Armor profitant des conditions de marée. L'opération a duré environ deux heures"

Un objectif de 250.000 m3 de sable prélevé chaque année

Le décret qui autorise l'extraction précise que la CAN ne pourra pas extraire la première année plus de 50.000 m3 de sable, avant de pouvoir augmenter progressivement le volume extrait et atteindre les 250.000 m3 après cinq années d'exploitation. Le projet rencontre de nombreuses oppositions, au mois de janvier 2015  plus de 5000 personnes ont défilé contre le projet. Un nouveau rassemblement est d'ailleurs prévu ce dimanche 11 septembre.