Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : La sécheresse en Creuse

Sécheresse en Creuse : les apprentis jardiniers économisent l'eau

-
Par , France Bleu Creuse

Alors que l'arrosage des jardins avec l'eau courante est interdite depuis mercredi dernier, les Creusois doivent passer au système D pour s'occuper de leurs tomates, fraises et courgettes. À Guéret, certains gardent toujours un œil sur le niveau des récupérateurs d'eau de pluie.

Dans son potager, Jeanne verse l'eau dans des bouteilles pour qu'elle ne s'évapore pas
Dans son potager, Jeanne verse l'eau dans des bouteilles pour qu'elle ne s'évapore pas © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Guéret, France

Dans son jardin, Jeanne a des rangées de salades et de haricots. Avec la sécheresse qui frappe la Creuse, il faut s'adapter, encore plus depuis la semaine dernière :un arrêté préfectoral interdit certains usages de l'eau courante, notamment pour arroser les plantes

Eviter l'évaporation et récupérer l'eau de pluie

Jeanne a pu tenir jusque là grâce à l'eau de pluie qu'elle et son mari ont stocké depuis des semaines. "Si ça coince, on arrosera avec des bouteilles d'eau achetées", plaisante-t-elle. Des bouteilles, elle en a justement planté dans la terre : "ça permet de faire pénétrer l'eau plus facilement, plutôt que ça reste en surface". Aurélie de son côté a profité de la tonte du gazon pour protéger ses plantations : _"j'ai paillé avec les restes de tontes autour des tomates et des concombres. Ça permet de maintenir l'humidité, donc ça se dessèche moins rapidement"_.

Son récupérateur d'eau de pluie s'est déjà bien vidé. Même chose chez Marc, qui a pourtant "deux gros réservoirs de 300 litres". Pas question d'utiliser l'eau courante même hors période de sécheresse : "c'est mieux de réutiliser l'eau de pluie plutôt que de tirer celle du robinet !".

Des légumes qui commencent tout juste à souffrir

Pour l'heure, les potagers restent verdoyants. "Pour l'instant, ça va", estime Aurélie. Si besoin, elle songe à piocher dans la source d'eau non potable qui coule dans son quartier. "Ça pousse, c'est encore vivant !", se félicite Marc. Certaines plantes ont pourtant plus de mal à résister au manque d'eau. "Les tomates cerises ne donnent pas comme les autres années. Bien souvent, elles sont beaucoup plus belles, plus grosses", regrette le retraité. 

"La sécheresse n'est pas encore à un point critique, mais _si dans deux ou trois semaines il n'a pas plu, ce sera inquiétant_", ajoute-t-il. "Ce serait bien qu'il pleuve au moins la nuit ! lance Aurélie. Déjà, là, il fait moins chaud, mais s'il n'y a pas d'orages prochainement, ça va être compliqué". Elle prévoit d'acheter de plus grands récupérateurs d'eau pour en stocker un maximum, en prévision de nouvelles périodes de sécheresse.