Climat – Environnement

Faune Qui Peut, l'appli routière qui sauve les animaux du Nord-Pas-de-Calais

Par Camille Marigaux, France Bleu Nord et France Bleu mercredi 24 août 2016 à 10:03

Déjà plus de 700 animaux ont été recensés dans la région via l'application Faune Qui Peut.
Déjà plus de 700 animaux ont été recensés dans la région via l'application Faune Qui Peut. © Maxppp - Christian Watier

Depuis le début de l'année, le conservatoire d'espaces naturels du Nord-Pas-de-Calais veut recenser les espèces les plus exposées à la circulation routière, grâce à une expérimentation à laquelle tout le monde peut participer via une application mobile : Faune Qui Peut.

Vous avez tous croisé le cadavre d'un hérisson ou d'un lapin sur la route ? Plus question de les ignorer. Désormais, il est possible de signaler la présence d'un animal mort ou vivant grâce à une application dédiée.

Depuis son smartphone (sans être au volant, bien sûr) ou son ordinateur, il suffit de se connecter à Faune Qui Peut. Après création de son compte, vous indiquez le type d'animal observé, en précisant s'il est vivant ou mort. Amoureux de la nature et amateur de VTT, François Scherpereel, 67 ans, connait bien les routes de campagnes et ses victimes à poils et à plumes. Il a d'ailleurs utilisé l'application une quinzaine de fois.

Si on ne laisse pas aux animaux la place qui leur revient, c'est nous, les hommes qui en feront les frais.

C'est vrai qu'on apprend souvent aux jeunes conducteurs à ne pas chercher à éviter les petits animaux qui traversent au moment de notre passage. Une embardée brutale peut être très dangereuse, mais rien n'empêche de ralentir !

L'objectif du Conservatoire, c'est d'identifier les zones les plus critiques pour faire un état des lieux des espèces impactées. Et le Nord-Pas-de-Calais est particulièrement concernée par les "points de conflit" entre voitures et animaux. Une étude réalisée dans les Flandres belges a montré qu'un blaireau sur deux mourrait à cause du trafic routier.

« Il y a énormément de voies de circulation et énormément de trafic dans la région. Les habitats sont fragmentés. Du coup, les animaux doivent beaucoup traverser les routes »Nathalie Devezeaux, à l'origine du projet Faune Qui Peut.

Nathalie Devezeaux, animatrice au Conservatoire d'espaces naturels du Nord-Pas-de-Calais, à l'origine de Faune Qui Peut.

Mais l'application permet aussi de mieux connaître les animaux qui vivent autour de chez soi. Déjà plus de 700 usagers de la route ont signalé un ou plusieurs animaux via l'appli Faune Qui Peut, ce qui représente environ un millier de hérissons, oiseaux, renards ou encore amphibiens. Il en faudrait au moins 10 000 pour que le projet aboutisse.

A la fin de l'expérience, fin 2017, l'Observatoire enverra ses résultats aux communes ainsi que des conseils pour mieux protéger la faune locale : mettre en place des panneaux par exemple ou construire des tunnels pour faciliter la traversée de certains animaux pendant les migrations. Et mieux informer les automobilistes, car n'oublions pas que nous ne sommes pas seuls sur la route !

Le reportage de Camille Marigaux sur l'application Faune Qui Peut.