Climat – Environnement

Faut-il aussi faire des économies sur l'entretien des routes et des réseaux d'eau?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace vendredi 6 mars 2015 à 10:23

BTP chantier travaux publics routes déviation engins tractopelle Loucelles
BTP chantier travaux publics routes déviation engins tractopelle Loucelles © Francis Gaugain - Radio France

La fédération alsacienne des travaux publics appelle à la mobilisation ce mardi à Strasbourg et Mulhouse contre une baisse des investissements des collectivités locales. Vous réagissez...

Retrouvez l'interview en intégralité de René Studli, président de la fédération alsacienne de travaux publics

Retrouvez l'interview en intégralité de Robert Herrmann, président de l'Eurométropole

600 camions et autres engins de chantier prendront possession de certaines routes alsaciennes ce mardi matin dès 7 heures pour se rendre en cortège à Strasbourg et Mulhouse. L'objectif de cette mobilisation: dénoncer une baisse des investissements des collectivités locales dans les travaux publics - un recul lié entre autres aux baisses de dotations accordées par l'Etat.

15.000 emplois directs et indirects en Alsace

Conséquence pour les 150 entreprises de travaux publics en Alsace, une baisse de l'activité, et donc du chômage partiel, ainsi que 800 à 1000 suppressions d'emplois selon la fédération régionale. En Alsace, en prenant en compte les emplois indirects, les travaux publics fournissent du travail à 15.000 personnes.

"La situation est catastrophique" , constate René Studli, président de la fédération alsacienne des travaux publics. "Si rien ne change, il y aura une baisse d'activité de 50% d'ici 2017."

Mais la baisse des investissements des collectivités a aussi des répercussions pour les usagers. Les commandes dans les travaux publics servent à entretenir les routes, ou encore les réseaux de distribution d'eau, d'assainissement de l'eau potable. "Les travaux publics permettent de préparer l'avenir pour l'ensemble de la population" , souligne René Studli.

Ce que confirme Robert Herrmann, le président de l'eurométropole de Strasbourg. "Nous avons fait le choix de maintenir le niveau d'investissement, mais ce n'est pas le cas ailleurs en Alsace." Au conseil départemental du Bas-Rhin, le budget, qui n'a pas encore été voté, risque d'être en baisse. Robert Herrmann, comme René Studli regrette l'abrogation de la taxe poids lourd, qui aurait permis de récupérer des fonds pour maintenir au moins en partie l'investissement.