Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Villages fleuris : faute de bras et de dotation, Saint-Julien-lès-Montbéliard renonce

mardi 24 avril 2018 à 19:45 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard

C'est une décision douloureuse à laquelle s'est résolu le conseil municipal de Saint-Julien-lès-Montbéliard : renoncer au label "quatre fleurs" des villes et villages fleuris. Les jardiniers bénévoles se font plus rares. Mais il y a aussi une raison budgétaire.

Michel Piernavieja, le maire de Saint Julien les Montbéliard, devant le lavoir classé
Michel Piernavieja, le maire de Saint Julien les Montbéliard, devant le lavoir classé © Radio France - Christophe Beck

Saint-Julien-lès-Montbéliard, France

Saint-Julien-les-Montbéliard fait partie du tiercé des villes et villages fleuris, dans le Doubs, auréolées des fameuses "quatre fleurs", avec Montbéliard et Mandeure. En France, seules 200 communes sur 36 000 ont décroché le prestigieux label à quatre. Pour Saint Julien et ses 180 habitants, c'est bientôt de l'histoire ancienne. Le conseil municipal a décidé il y a deux semaines de renoncer au concours. Ce qui sonne le glas des quatre fleurs qui ornent les panneaux du village et apportent une belle notoriété au plus connu des villages de la vallée du Rupt.  

Moins de jardiniers bénévoles et baisse des dotations de l'Etat

Ce renoncement a trois explications. D'abord, le manque de bras. Les villageois qui acceptent de donner de leur temps chaque jour se font plus rares. Les générations de fleuristes bénévoles ne se renouvellent pas. Ensuite, l'arrosage. Les périodes de restrictions pour cause de sécheresse se multiplient. Enfin et surtout, les dotations de l'état ne cessent de fondre dans les villages. 

Saint-Julien-lès-Montbéliard a été notifié, il y a deux semaines, d'une baisse des dotations de l'Etat de l'ordre de 11 000 €  dans le budget 2018. "Ce qui représente 40 % de nos dotations et 10 % de notre budget", explique le maire de la commune, Michel Piernavieja. "Même si le coût du fleurissement ne dépasse pas les 2500€ annuels, il faudra faire des économies partout pour encaisser ce coup de rabot"

Le Lavoir de 1882 et le village de Saint Julien dans son entier sont inscrits à l'inventaire des sites classés du département Doubs, en raison de la richesse de ses maisons en pierre. "Ce renoncement au concours de villes et villages fleuris ne veut pas dire qu'on arrête le fleurissement", dit encore le maire. "On va diminuer le nombre de massifs. Le centre du village ne changera pas, car il y a des arrosages automatiques. Et on va s'orienter vers la mise en place de plantes vivaces ou de petits arbustes. Ce sera beaucoup moins de travail"

Les jours du panneau "Village Fleuri" sont comptés à Saint-Julien-lès-Montbéliard - Radio France
Les jours du panneau "Village Fleuri" sont comptés à Saint-Julien-lès-Montbéliard © Radio France - Christophe Beck