Climat – Environnement DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Fessenheim : "Monsieur le Président, vous avez pris un engagement, respectez-le!"

Par Maud Czaja, France Bleu Alsace mercredi 9 septembre 2015 à 9:15

La centrale Fessenheim, en Alsace
La centrale Fessenheim, en Alsace © Max PPP

Jean-Marie Brom, porte-parole régional du réseau "Sortir du nucléaire" lance un appel à François Hollande sur France Bleu Alsace après ce nouveau couac du gouvernement à propos de la centrale de Fessenheim.

Fessenheim est un dossier hautement sensible, comme le prouve encore ce nouveau couac du gouvernement. Ségolène Royal, ministre de l'Environnement en visite en Alsace hier a lié le destin de la centrale alsacienne à celui de l'EPR de Flamanville dont la mise en service a été repoussé il y a quelques jours officiellement au quatrième trimestre 2018. Rectification dans la soirée du gouvernement, la fermeture de la centrale de Fessenheim avant la fin du quinquennat reste "l'objectif", il faut dire que c'était une promesse du candidat François Hollande.

"Madame Royal joue les faux-culs!"

"Madame Royal joue les faux-culs, pas besoin d'attendre la mise en service de Flamanville pour fermer Fessenheim ", a vivement réagit sur France Bleu Alsace Jean-Marie Brom porte-parole régional du réseau Sortir du nucléaire, "il suffit d'un décret de la part du président de la République, la fermeture pourrait se faire en six mois! Mais l'Etat fait tout ce qu'il peut pour ne pas tenir ses engagements".

"S'il y a alternance en 2017, nous reviendrons sur la fermeture" selon Michel Sordi

Michel Sordi, le député maire de Cernay n'est pas sur la même ligne. Il est fermement opposé à la fermeture de la centrale car "cela entraînerait la suppression de plus de 2000 emplois, la fermeture d'écoles".  La nouvelle loi sur la transition énergétique prévoit un plafonnement de la puissance du parc nucléaire français, autrement dit quand le réacteur troisième génération de Flamanville entrera en service, il faudra fermer d'autres réacteurs en France pour respecter la loi et Fessenheim apparaît en tête de liste. Michel Sordi reste néanmoins optimiste sur France Bleu Alsace "s'il y a alternance en 2017, nous reviendrons sur cette fermeture".