Climat – Environnement

FICTION | Ma journée rennaise en 2050

Par Typhaine Morin, France Bleu Armorique jeudi 24 septembre 2015 à 6:00

La canicule à Lorient, ici en 2006
La canicule à Lorient, ici en 2006 © Max PPP - Patrick Guigueno

Faisons un saut dans le temps. Nous sommes à Rennes, le samedi 24 septembre 2050. Ce matin, je travaille. Dans l'après-midi, comme c'est la canicule, j'irai à la plage à Saint-Malo. Gaël Virlouvet, le président d'IVINE, Ille-et-Vilaine Nature Environnement, nous a aidé à imaginer cette journée.

Pour profiter un peu de la fraîcheur, je me lève tôt ce samedi 24 septembre 2050. A 6h30, il fait déjà 25°C à Rennes. La canicule de 2003 me semble bien banale aujourd'hui. Cet après-midi, comme depuis une semaine, il va faire 34°C. Des épisodes de canicule, il y en a de plus en plus. Depuis plusieurs années, de nombreuses mesures ont été prises pour lutter contre le réchauffement climatique. Certes, cela a changé pas mal de choses dans notre vie quotidienne, mais c'est payant, puisque les émissions de gaz à effet de serre ont été divisées par quatre. Mais c'est tout au long de l'année que les températures ont augmenté. Par rapport à 2015, il fait un à deux degrés de plus. Il paraît même qu'en 2100, il fera 2 à 6,4 degrés de plus. 

Miel de Rennes et moins de bananes

Pour le petit-déjeuner, je mange du pain, du beurre et du miel produit à Rennes. Les circuits de production se sont extrêmement réduits par rapport à 2015. Je mange beaucoup plus de produits locaux. On trouve beaucoup moins de bananes par exemple. Les produits importés par avion ont diminué. Moi qui adorait manger de la viande, j'ai considérablement réduit ma consommation. On en trouve moins du coup les prix ont augmenté. 

Autre chose a changé sur mon immeuble depuis les années 2015 : les sources d'énergie. J'ai désormais un chauffe-eau solaire et mon propriétaire a installé des panneaux photovoltaïques sur le toit de mon immeuble.   

Je vais travailler à pieds. Mon mari, lui, utilise le vélo pour aller au boulot. Heureusement, il y a la clim à mon bureau. Mon employeur a fait le choix d'une climatisation plus naturelle, avec un système de puits canadien, c'est une grande cheminée qui apporte de l'air frais depuis le sous-sol et qui rafraîchit les pièces. 

Augmentation du niveau de la mer

Mais cet après-midi, nous allons prendre l'air en famille. Direction Saint-Malo, en voiture électrique. Ces températures plus élevées ne sont pas désagréables sur la côte ! En revanche, j'ai l'impression que le niveau de la mer a augmenté d'une dizaine de centimètres. D'ici quelques années, le niveau de la mer pourrait augmenter de trente centimètres. Or, quand on arrive à plus 30 cm, il y a cinq fois plus de tempêtes importantes. Cela veut dire que les vagues vont taper de plus en plus fort, il faudra renforcer les digues. Il faudra aussi sans doute remettre en question la présence des habitations sur le littoral proche. 

Ce soir, nous irons prendre un pot près de la Porte Saint-Vincent. Nous goûterons le vin breton ! Les vendanges sont terminées depuis longtemps. Elles ont débuté mi-août dans les vignobles du sud de l'Ille-et-Vilaine. Et au menu : du barracuda au cidre ! Ce poisson carnivore est de plus en plus fréquemment capturé par les pêcheurs bretons.