Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Bilan du Défi zéro déchets : une famille de Savoie divise ses ordures par trois

vendredi 11 janvier 2019 à 15:13 Par Luc Chemla, France Bleu Pays de Savoie

Le défi zéro déchet, lancé en septembre 2018 a officiellement pris fin le 10 janvier 2019, avec une soirée de clôture, à Chambéry. Durant trois mois, plusieurs dizaines de familles des Pays de Savoie y ont participé. A l'heure du bilan, France Bleu a rencontré l'une d'entre elles.

Christelle Chauvin a réduit considérablement sa quantité de déchets, grâce notamment à son Bio seau.
Christelle Chauvin a réduit considérablement sa quantité de déchets, grâce notamment à son Bio seau. © Radio France - Luc Chemla

Savoie, France

Changer son comportement et réduire sa quantité de déchets. Voilà les deux objectifs principaux, du Défi zéro déchets 2018 lancé en septembre en dernier par la communauté de commune "Rumilly Terre de Savoie, Grand Annecy, Grand Chambéry et Grand Lac" et qui s'est terminé en décembre dernier. 

Durant trois mois, plusieurs familles de Savoie et Haute-Savoie, ont pu se rendre de la quantité de déchets qu’elles produisaient et surtout, essayer de changer leur habitudes d’achats et de consommation. Equipées d’un peson (une mini-balance électronique), elles ont ainsi pu contrôler le poids de leur poubelle. 

"On produit une quantité énorme de déchets"

Christelle Chauvin, chambérienne de 42 ans, y a participé avec son fils de 14 ans. Dès le début de l’expérience, la prise de conscience a été totale. «  J’ai appris que l'on faisait énormément de déchets ", et très vite, ses habitudes ont changé.« Maintenant, dès qu’il y a moyen d’acheter sans emballage, je le fais. Il  y a plein de _petits gestes possibles au quotidien_. C’est une certaine contrainte de ne pas tout mettre dans la même poubelle, par facilité. Cela demande un temps d’adaptation et puis ça devient tellement évident, logique. "

Un peson a été distribué aux participants pour mesurer leur quantité de déchets. - Radio France
Un peson a été distribué aux participants pour mesurer leur quantité de déchets. © Radio France - Luc Chemla

Le défi a été séparé en trois périodes, la première, par exemple, durait 21 jours, et la dernière, 42 jours.  A la fin de chacune, les participants devaient peser leurs déchets. Chez Christelle, le résultat est flagrant. Au bout de la première période, sa poubelle pesait presque 5 kilos, alors qu'après la troisième, elle n'en faisait plus qu'un kilo et demi. 

"On n'achète plus de gel douche, on n'est revenu à la savonnette" - Christelle, une participante

Un changement radical grâce, notamment, à son Bio seau, un bac à compost installé dans sa cuisine, et qu’elle continue d’utiliser même après la fin du défi. Il est destiné à accueillir toutes les épluchure de fruits, légumes, coquilles d'oeuf... Christelle va ensuite le vider dans un composteur près de chez elle.

Un impact dans la façon de faire les courses

Cette opération a donc eu chez elle un déclic psychologique mais a surtout changé sa façon de consommer et de faire les courses. « Au moment de la démarche de l’achat, on se dit là, il y en un emballage papier, un emballage plastique, et donc je n'achèterai pas.  Il y a également des produits auquel je renonce. Quand je pars faire les courses, mon sac est déjà rempli de boite et papier kraft. Maintenant je fais ma lessive, ce que je n'aurai pas fait il y a un an ou deux, car à chaque fois cela fait un bidon en plus. On n'achète plus de gel douche non plus, on est revenu à la savonnette. "

Pour cette ancienne auxiliaire de puériculture : « Du moment où on y est sensibilisé, on ne peut plus ne pas y faire attention ». Et ses efforts ont payé, elle a terminé sur le podium,dans le classement du défi. Sensibilisée, Christelle ne compte pas s’arrêter là et souhaite désormais installer un composteur dans les parties communes de son immeuble.