Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Climat – Environnement

"On sait qu'il y a quelques chasseurs qui tirent sur tout ce qui bouge"

mardi 28 août 2018 à 17:55 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault

Depuis l'ouverture de la chasse aux gibiers d'eau dans l'Hérault, les agents de l'OCFS ont découvert plusieurs cadavres d'oiseaux protégés abattus, sans doute victimes de chasseurs. Ils comptent renforcer leurs contrôles sur le terrain.

Le flamand rose retrouvé mort lundi sur le terrain de golf de La Grande Motte a été touché par un tir
Le flamand rose retrouvé mort lundi sur le terrain de golf de La Grande Motte a été touché par un tir -

Hérault, France

Qui en veut aux espèces d'oiseaux protégées en Petite Camargue ?  Lundi dernier, un flamand rose a été retrouvé mort sur le golf de La Grande-Motte, touché par un tir de fusil. Il s'agit pourtant d'une espèce protégée. D'ailleurs l'oiseau était bagué. L'Office de la Chasse et de la Faune Sauvage dénonce un "acte inacceptable", mais loin d'être isolé. Des actes semblables ont été signalés dès le jour de l'ouverture de la chasse. 

Pas vu, pas pris

Depuis le 15 août, date de l'ouverture de la chasse au gibier d'eau, les agents ont découvert en effet une Sterne et un Goéland, fraîchement tués sur un même périmètre de chasse. "Malheureusement, pas vu pas pris", soupire le directeur départemental de l'OCFS, Vincent Tarbouriech. "Il aurait fallu voir des personnes tirer pour les interpeller et saisir les armes". 

Il n'est pas rare que son service soit alerté pour un Goéland retrouvé criblé de balles; ça l'est beaucoup plus pour un flamand rose. "Mais là encore n'ayant pas de témoin, on ne peut pas ouvrir d'enquête" pour le cas précis de La Grande Motte. 

"Ce sont des braconniers, on ne peut pas les appeler des chasseurs"

Plusieurs cas sur un même secteur. L'Office va renforcer les contrôles. "On sait qu'il y a quelques chasseurs qui tirent sur tout ce qui bouge, poursuit Vincent Tarbouriech. Ce n'est pas une majorité heureusement. On essaie de chasser ces braconniers, on ne peut pas les appeler des chasseurs. Je pense que ces personnes ne savent pas ce qu'elles risquent". En l'occurrence la peine maximale est de deux ans de prison, 150.000 euros d'amende, saisie du véhicule et annulation du permis de chasse. 

73 chasseurs contrôlés, 3 infractions

Ces deux dernières semaines, les inspecteurs de l'environnement ont contrôlé des chasseurs de canards autour de  l’étang de l’Or et de l'étang de Vendres: 3 infractions relevées pour 73 chasseurs contrôlés (2 infractions pour utilisation de munitions à grenaille de plomb interdite dans les zones humides et 1 infraction pour chasse sans permis valable et  sans assurance.)