Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Forêt de Romainville : le tribunal rejette la demande d'expulsion de la région

jeudi 8 novembre 2018 à 18:29 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Première victoire pour les opposants à l'abattage des arbres dans la forêt de la corniche des forts de Romainville, en Seine-Saint-Denis. La demande d'expulsion, formulée par la région Île-de-France, a été rejetée ce jeudi par le tribunal adminsitratif.

Des militants opposés à l'abattage d'arbres de la forêt de la corniche des forts à Romainville en Seine-Saint-Denis (octobre 2018)
Des militants opposés à l'abattage d'arbres de la forêt de la corniche des forts à Romainville en Seine-Saint-Denis (octobre 2018) © Radio France - Rémi Brancato

Romainville, France

C'est une première victoire juridique pour les opposants à l'abattage des arbres dans la forêt de la corniche des forts de Romainville, en Seine-Saint-Denis. La région Île-de-France avait saisi le juge des référés du tribunal administratif de Montreuil pour demander l'expulsion de militants, qui occupaient, selon elle, le site. Selon l'ordonnance du tribunal, que France Bleu Paris a pu consulter, la demande est rejetée.

Pas de preuve d'une occupation du site

Sept personnes avaient été convoquées ce mercredi au tribunal, pour avoir, selon la région, occupé le site. Dans son ordonnance, le juge note que "des opposants au projet d’aménagement du site en base de loisirs se sont effectivement introduits à plusieurs reprises sur le chantier pour en perturber voire en bloquer le bon fonctionnement". Mais il constate aussi que "l’instruction du dossier ne fait ainsi pas apparaître que le site serait encore illégalement occupé par des opposants à la réalisation du projet", ce qui l'oblige à rejeter la demande de la région.