Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Franche-Comté : la terre a tremblé près de Randevillers et Rahon

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu
Randevillers, France

Dans la nuit du 2 au 3 janvier, quatre secousses se sont succédé entre Besançon et Sochaux, dans le secteur de Randevillers. Des petits chocs ressentis par la population.

Quatre secousses d'une magnitude inférieure à 3 se sont produites dans le secteur de Randevillers / Rahon, entre Besançon et Montbéliard
Quatre secousses d'une magnitude inférieure à 3 se sont produites dans le secteur de Randevillers / Rahon, entre Besançon et Montbéliard © Radio France - Capture d'écran GoogleMaps

La terre a tremblé dans la nuit du 2 au 3 janvier, en Franche-Comté, à quatre reprises. L'épicentre est localisé près des communes de Rahon et Randevillers, dans le canton de Clerval. Les secousses sont d'une magnitude inférieure à 3, entre 2.4 et 2.8, sur l'échelle de Richter.  Elles ont eu lieu à 2h23, 2h45 et 6h58 ce matin. 

"Ce sont des petits chocs qui ont pu être ressentis par la population. Soit comme une petite secousse, soit par des petits objets qui bougent sur l'étagère" - Jérome Vanderwoerd, chercheur CNRS

"Ce sont des petits chocs qui ont pu être ressentis par la population. Soit comme une petite secousse, soit par des petits objets qui bougent sur l'étagère" explique Jérome Vanderwoerd, chercheur CNRS au bureau central sismologique français de Strasbourg. Ce genre de petit séisme est récurrent et tout à fait normal pour la région, assure le chercheur.

Les dégâts restent minimes avec, dans le pire des cas, des petites fissures dans les murs des habitations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess