Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

PHOTOS - Gandalf s'oppose à Lafarge contre l'extension d'une carrière à Daubeuf

Lafarge demande le renouvellement d'exploitation de sa carrière à Muids et veut en profiter pour l'agrandir de 189 hectares sur la commune de Daubeuf-près-Vatteville. Les habitants se mobilisent contre le projet, qui selon le cimentier français, permet de pérenniser une centaine d'emplois.

Dans tout le village de Daubeuf-prés-Vatteville, de nombreuses affiches et banderoles crient leur hostilité au projet d'extension de la carrière
Dans tout le village de Daubeuf-prés-Vatteville, de nombreuses affiches et banderoles crient leur hostilité au projet d'extension de la carrière © Radio France - Laurent Philippot

Daubeuf-prés-Vatteville, France

" Vous ne passerez pas ! ", la réplique de Gandalf, dans Le Seigneur des anneaux, est sur toutes les lèvres à Daubeuf-Prés-Vatteville.  Mais, dans l'Eure, pas de célèbre magicien cher à Tolkien. C'est en fait le nom choisi par une association, le Groupe d'action pour la protection du cadre de vie de Daubeuf-près-Vatteville et alentour en limites foncières, pour lutter contre le projet d'extension de la carrière exploitée par le cimentier Lafarge à Muids (27). Une enquête publique a eu lieu du 22 mai au 22 juin 2018, et à la rentrée, le préfet de l'Eure devrait rendre sa décision. 

189 hectares exploités pendant neuf ans

Lafarge exploite déjà une carrière à Muids, à quelques kilomètres de Daubeuf-prés-Vatteville où l'industrielle veut investir 189 hectares, essentiellement des terres agricoles pour extraire du sable, de l'argile et du limon, ensuite transformés dans son usine de Bernières sur Seine, qui emploie une centaine de personnes. Le projet est initié depuis plus d'une dizaine d'années et a, jusqu'à présent reçu le soutien des élus locaux. Mais lors de sa dernière délibération, le conseil municipal a voté contre, une décision que ne s'explique pas Raphaëlle Lebon. La responsable du service foncier de LafargeHolcim fait part de son incompréhension : " on est plutôt surpris par la réaction, on a une commission avec des riverains et des élus, qui a lieu tous les ans, on discute de l'avancement du projet et des sujets liés à l'environnement ". L'environnement, c'est justement un des fers de lance de Gandalf, qui avance, si le projet arrive à terme "un paysage de désolation, une vue remarquable totalement défigurée, des nuisances sonores et de la production de poussières".

Des hauteurs de Daubeuf, les terres que Lafarge pourrait exploiter, du village à fond à gauche, jusqu'au hameau et à la forêt - Radio France
Des hauteurs de Daubeuf, les terres que Lafarge pourrait exploiter, du village à fond à gauche, jusqu'au hameau et à la forêt © Radio France - Laurent Philippot

Avec la carrière, le village sera-t-il inondé ? 

La plus grande crainte des opposants à l'extension de la carrière, c'est le risque d'inondation, notamment pour ceux qui habitent dans le bas du village. Mickaël Loriot, membre du bureau de Gandalf, explique avoir, avec la ravine à proximité, " toutes les eaux pluviales qui s'écoulent de la ravine en limite de sa propriété, après le projet, on ne sera pas loin de la catastrophe naturelle ". Chez Lafarge, on comprend l'inquiétude, mais Raphaëlle Lebon assure que les travaux vont au contraire permettre de réduire le risque d'inondation car " il n'y aura pas de connexion entre la carrière et la ravine. Avec la pente à l'intérieur de la carrière, les eaux ne pourront pas remonter et rejoindre la ravine "

Une centaine d'emplois pérennisée à Bernières sur Seine, c'est l'argument économique avancé par Raphaëlle Lebon (au centre), responsable du service foncier de LafargeHolcim - Radio France
Une centaine d'emplois pérennisée à Bernières sur Seine, c'est l'argument économique avancé par Raphaëlle Lebon (au centre), responsable du service foncier de LafargeHolcim © Radio France - Laurent Philippot

Un concours de banderoles lancé dans le village

La mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l'humanité n'a pas échappé aux opposants - Radio France
La mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l'humanité n'a pas échappé aux opposants © Radio France - Laurent Philippot

Dans le village, les habitants rivalisent de créativité pour dire qu'ils ne veulent pas de l'extension de la carrière. En raison des nombreuses banderoles sur les maisons particulières ou les bâtiments publics, Gandalf lance un concours dont le résultat sera dévoilé le 7 septembre 2018, à la veille d'une manifestation à Évreux, où l'association devrait se rappeler au bon souvenir du préfet de l'Eure qui devrait rendre à la rentrée son avis sur l’extension de la carrière. 

 François Lukaszewicz, le président de Gandalf, devant sa maison, avec la banderole confectionnée par sa femme - Radio France
François Lukaszewicz, le président de Gandalf, devant sa maison, avec la banderole confectionnée par sa femme © Radio France - Laurent Philippot
Ce particulier a choisi la forme littéraire de l'acrostiche pour exprimer son refus de l'extension - Radio France
Ce particulier a choisi la forme littéraire de l'acrostiche pour exprimer son refus de l'extension © Radio France - Laurent Philippot
Les oeuvres de Rodin, Delacroix, Millet, Vermeer ou Munch ont été détournées  - Radio France
Les oeuvres de Rodin, Delacroix, Millet, Vermeer ou Munch ont été détournées © Radio France - Laurent Philippot
Tous les coups sont permis, même les fautes de grammaire - Radio France
Tous les coups sont permis, même les fautes de grammaire © Radio France - Laurent Philippot
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu