Climat – Environnement DOSSIER : Le gaz de schiste en France

Gaz de schiste : Mouvoil, le permis de la discorde

Par Germain Treille, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 29 janvier 2015 à 6:00

Forage de gaz de schiste à  Jouarre, en Seine-et-Marne
Forage de gaz de schiste à Jouarre, en Seine-et-Marne © MaxPPP

La société suisse Mouvoil réclame le renouvellement de son permis de recherches d'hydrocarbures dans le bassin d'Alès qui arrive bientôt à expiration. Quatre communes du Sud Ardèche, Vagnas, Beaulieu, Bessas et Saint-Sauveur-de-Cruzières, et neuf dans le Gard, sont concernées.

Christophe Tourre porte-parole du collectif ardéchois "Stop au gaz de schiste"

Le gaz de schiste refait donc surface dans l'actualité ardéchoise. Les opposants des départements de l'Ardèche et du Gard viennent de lancer une pétition sur internet. Ils réclament le non-renouvellement du permis du bassin d'Alès pour cinq années supplémentaires. Treize communes, qui vivent de l'agriculture et du tourisme expliquent-ils, sont concernées. Ce permis avait été accordé à une compagnie suisse, Mouvoil, en 2010. Un de ses dirigeants, contacté hier, confirme que le dossier de renouvellement est en cours d'instruction.

"Un regrettable amalgame"

Il assure que sa société ne fait pas du gaz de schiste,  mais de l'hydrocarbure conventionnel. "Un regrettable amalgame" dit-il. Depuis 2010 Mouvoil n'a pu effectuer aucune recherche sur le terrain. Les préfectures du Gard et de l'Ardèche ne lui ont jamais fourni l'autorisation pour le faire, l'État a cédé à la pression explique la compagnie.

Silence radio au ministère de l'Ecologie

Pour l'instant, le ministère de l'Écologie, qui a la main sur ce dossier, ne communique pas. S'il émet un avis négatif, le ministère devra justifier alors sa décision. Le Conseil général de l'Ardèche a, pour sa part, envoyé un courrier au Premier ministre pour qu'il tranche en faveur des opposants à ce projet, parmi eux de nombreux élus de tout bord.

Du pétrole dans les sous-sols

Selon des données qui remontent à 30-40 ans, le bassin d'Alès regorge d'huiles lourdes et potentiellement de gaz de schiste. Il s'agit en fait de pétrole visqueux. Pour le remonter à la surface, pour le rendre plus fluide et donc exploitable et commercialisable, les techniques d'extraction seraient très polluantes, des acides puissants seraient nécessaires. Ce sont des études réalisées par Elf-Aquitaine à l'époque qui le démontrent. Vu le coût et les risques, la société pétrolière française n'est pas allée plus loin que ça.

les techniques d'extraction du gaz de schiste - Aucun(e)
les techniques d'extraction du gaz de schiste

→ Notre dossier "Le gaz de schiste en France"