Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Gel : dans le Berry, des dégâts à la marge sur les pieds de vignes

mardi 16 avril 2019 à 6:03 - Mis à jour le mardi 16 avril 2019 à 7:33 Par Maïwenn Bordron, France Bleu Berry

Les températures sont descendues jusqu'à moins 4 degrés dans le Berry ce week-end. Ce lundi, les vignerons ont constaté les dégâts, inquiets : mais plus de peur que de mal, seuls quelques bourgeons ont grillé à cause des gelées.

Pierre Picot, propriétaire du domaine du Chaillot, à Vesdun dans le Cher.
Pierre Picot, propriétaire du domaine du Chaillot, à Vesdun dans le Cher. © Radio France

Les températures sont descendues brusquement sous la barre des zéros degrés, alors que les bourgeons avaient commencé à éclore avec l'arrivée du printemps. Les vignerons, comme Pierre Picot dans le Berry, ont donc craint des conséquences importantes pour leurs vignes.

Il y a deux ans, ce propriétaire du domaine de Chaillot, à Vesdun dans le Cher, a perdu 60 % de sa récolte à cause du gel. Cette fois,les conséquences des gelées de ce week-end semblent minimes. Quelques bourgeons ont grillé mais cela n'a rien à voir avec les pertes subies en 2017. 

Les jeunes pieds de vignes, les plus touchés par le gel

"Si vous avez des températures plus douces, la végétation va démarrer plus tôt, donc après il ne faut pas de gelées. 

Quand on nous annonce des températures négatives au mois d'avril et qu'on a déjà vu la vigne démarrer, forcément on s'inquiète            
Pierre Picot, viticulteur du Cher

Pierre Picot a six hectares de chardonnay et de gamay sur son domaine, soit environ 39000 pieds de vigne. Ce lundi, il a fait le tour des allées pour constater les dégâts et il est soulagé, sa production est sauvée. Sur une branche de vigne par exemple, seul un des onze bourgeons n'a pas survécu au gel. "C'est grillé, ce n'est pas la peine d'être un grand spécialiste pour le voir", décrit le viticulteur en s'approchant d'un bourgeon. Et de compléter : "les feuilles ne sont plus vert clair mais brunes, quand vous les touchez, c'est très friable".

A gauche, un bourgeon qui a survécu au gel. A droite, un bourgeon grillé, reconnaissable à sa couleur noire. - Radio France
A gauche, un bourgeon qui a survécu au gel. A droite, un bourgeon grillé, reconnaissable à sa couleur noire. © Radio France

Ce qui l'inquiète plus, ce sont les jeunes pieds de vignes, plus fragiles face au gel. Ils ont plus souffert ce week-end et Pierre Picot n'est pas sûr qu'ils puissent repartir avec le retour des températures plus douces. "Ce n'est pas très grave, on n'attendait pas de vin sur ces pieds-là", explique le viticulteur de Vesdun. Même s'il est rassuré, Pierre Picot ne veut pas se réjouir trop vite : il y a deux ans, les gelées destructrices avaient eu lieu le 25 avril. "Tant qu'on n'a pas atteint les Saint de Glace, début voire mi-mai, il y a toujours des risques de gel", affirme-t-il.

Le propriétaire du domaine de Chaillot attend surtout qu'il pleuve pour que ces jeunes pieds soient revigorés.