Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Contournement de Beynac

Germinal Peiro : "c'est une absurdité totale" d'arrêter les travaux de la déviation de Beynac

vendredi 28 décembre 2018 à 18:39 Par France Bleu Périgord, France Bleu Périgord

Le Conseil d'Etat a demandé ce vendredi la suspension des travaux de la déviation de Beynac. Germinal Peiro, le président du Conseil départemental de Dordogne, se dit "déçu pour l'ensemble des Périgourdins". "Arrêter les travaux aujourd'hui, c'est une absurdité totale, à tous points de vue".

Germinal Peiro pose sur le chantier de la déviation de Beynac, en novembre 2018
Germinal Peiro pose sur le chantier de la déviation de Beynac, en novembre 2018 © AFP - THIBAUD MORITZ

Beynac-et-Cazenac, France

Le président du Conseil départemental de Dordogne Germinal Peiro a réagi vendredi à la décision du Conseil d'Etat, qui a demandé la suspension des travaux de contournement du bourg de Beynac, un chantier susceptible selon la juridiction "d'affecter la conservation d'espèces animales ou végétales protégées et de leurs habitats", dont "le bénéfice attendu apparaît limité" et qui "ne répond pas à une raison impérative d'intérêt public majeur".

"On est en train de dire aux Périgourdins : vous n'avez pas besoin de routes. Mais par contre il faut protéger les habitats des libellules et des chauves-souris."

"A titre personnel ça ne va pas changer ma vie mais je suis déçu pour l'ensemble des Périgourdins", a-t-il déclaré à France Bleu Périgord. "Arrêter les travaux aujourd'hui, c'est une absurdité totale, à tous points de vue". "Sur le plan environnemental, on allait justement faire les mesures de compensation, planter 27000 végétaux (...), faire des caches pour les chauves-souris etc etc".

"Il y a quelques jours ou quelques semaines, jamais on aurait pu penser que la protection des habitats des espèces protégées, à savoir les brochets, les libellules, les oiseaux et les chauves-souris passait avant l'intérêt des humains", dénonce Germinal Peiro. "On est en train de dire aux Périgourdins : vous n'avez pas besoin de routes. Mais par contre il faut protéger les habitats des libellules et des chauves-souris."

Plus tôt dans l'après-midi, le Conseil départemental avait déjà dénoncé une suspension aux conséquences "catastrophiques".

"Rien ne laissait prévoir il y a quelques semaines une telle décision du Conseil d'Etat"

"On est à une étape, rien n'est définitif", a estimé Germinal Peiro, qui rappelle que "le jugement sur le fond aura lieu plus tard devant le tribunal administratif de Bordeaux".

"En matière de justice il ne faut jamais dire jamais, ni toujours. Rien ne laissait prévoir il y a quelques semaines une telle décision du Conseil d'Etat. Je vous rappelle que ce sont les services de l'Etat qui ont donné l'autorisation de faire ce chantier. C'est l'Etat qui s'attaque lui-même, qui attaque l'arrêté de madame la préfète, les accords donnés par le ministre de l'Environnement, et de la Culture, par tous les services de l'Etat".

Germinal Peiro : "c'est une absurdité totale" d'arrêter les travaux de la déviation de Beynac