Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Gestion des déchets : Nicolas Hulot promet une aide financière à la Corse

mercredi 30 mai 2018 à 20:39 Par Hélène Battini, France Bleu RCFM

Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a promis mercredi une aide de l'Etat avec des financements dans la crise des déchets en Corse, sous condition d'"objectifs clairs" et de résultats "mesurables".

Nicolas Hulot promet une aide financière à la Corse pour la gestion des déchets.
Nicolas Hulot promet une aide financière à la Corse pour la gestion des déchets. © Maxppp - maxppp

Corse, France

Le ministre, qui vient d'effectuer une visite de deux jours en Corse, a annoncé à l'Assemblée nationale que "l'Etat accompagnera les intercommunalités dans la mise en oeuvre de solutions pratiques, y compris avec des financements de l'Ademe" pour résoudre la crise récurrente des déchets dans l'île. 

Retour sur investissement exigé 

Nicolas Hulot a précisé que cette proposition tenait "à condition que les résultats puissent être mesurables et que des objectifs clairs soient pris", a-t-il dit, répondant au député LR de Corse-du-Sud, Jean-Jacques Ferrara. "Le dialogue avec les élus du territoire a permis d'esquisser une sortie de crise", a-t-il ajouté.

Priorité au tri

Nicolas Hulot a insisté sur le fait que "pour résoudre cette crise, il y a d'abord un consensus fort sur la priorité absolue à donner au tri sélectif, où la Corse a encore malheureusement beaucoup de retard". Il a confirmé que la Corse n'avait "pas vocation à exporter ses déchets sur le continent" et qu'elle devait "trouver des solutions à long terme aux déchets résiduels".

Pas de tabou

"Plusieurs options sont possibles, et _il ne doit pas y avoir de tabou_", selon le ministre, pour qui "il ne faut pas s'interdire que sur les déchets ultimes, ils puissent participer du bouquet énergétique". Lundi, à Bonifacio, il avait dit "que les incinérateurs d'aujourd'hui sont 100 fois moins polluants qu'ils ne l'étaient hier".