Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Gironde : l'Etat va payer les travaux de désamiantage du Signal, à Soulac-sur-Mer

mardi 12 juin 2018 à 11:54 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

Pour éviter que l'immeuble évacué en janvier 2014 ne s'effondre dans l'Océan, l'Etat va réensabler le cordon dunaire, puis prendre à sa charge avant le printemps 2019 le chantier de désamiantage. "Une étape indispensable" avant de régler la question de l'indemnisation des co-propriétaires.

Le Signal n''est plus qu'à une dizaine de mètres de l'Océan
Le Signal n''est plus qu'à une dizaine de mètres de l'Océan © Radio France - Pierre-Marie Gros

Soulac-sur-Mer, France

Le préfet de Gironde veut "que les choses bougent" dans le dossier du Signal, cet immeuble du bord de mer à Soulac-sur-Mer qui menace de s'effondrer, et dont les occupants ont été évacués en janvier 2014,. Didier Lallement a confirmé ce mardi matin que l'Etat allait prendre à sa charge les travaux de désamiantage. Un chantier qui sera terminé au printemps 2019, espère-t-il.

En attendant, le cordon dunaire devant l'immeuble va temporairement être renforcé avant l'hiver prochain. Du sable va être ramené aux abords du Signal, qui ne se trouvent plus qu'à une dizaine de mètres de l'Océan, pour éviter 'une catastrophe écologique", et que "12.000 tonnes de gravats et matériaux divers, potentiellement pollués par l'amiante", ne se déversent dans la mer. 

Le Signal menace toujours de s'effondrer dans l'Océan  - Radio France
Le Signal menace toujours de s'effondrer dans l'Océan © Radio France - Pierre-Marie Gros

"Nous aurions peut-être pu rechercher qui devait payer ce chantier, explique le préfet, mais vu l'urgence et la gravité de la situation, nous avons pris une autre décision, en accord avec le ministre Nicolas Hulot qui m'a donné des instructions en ce sens; aucun expert ne peut me garantir que l'immeuble ne tombera pas, nous avons donc pris nos responsabilités." 

Mon objectif, c''est d'éviter de nous retrouver avec de l'amiante sur la plage de Soulac. — Didier Lallement, préfet de Gironde, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine. 

"J'ai pris mes responsabilités" Didier Lallement, préfet de Gironde

Pour le préfet de Gironde, ces travaux "constituent une première étape indispensable", et les 77 co-propriétaires, dont les représentants ont été reçus la semaine dernière au ministère de la Transition Écologique, poussent un premier ouf de soulagement : ils n'auront pas à sortir le portefeuille pour financier ce chantier, qui devrait s'élever au total à 26 millions d'euros. 

L'indemnisation des co-propriétaires toujours en suspens

Mais cela ne règle pas pour autant la question du devenir à long terme de l'immeuble, et principalement du financement des travaux de destruction. Restera aussi la question cruciale de l'indemnisation des co-propriétaires, qui ont été expropriés. Ce dernier point devrait se régler "par voie législative", précise le préfet. 

Le Signal, à l'abandon depuis quatre ans - Radio France
Le Signal, à l'abandon depuis quatre ans © Radio France - Pierre-Marie Gros

Benoît Simian, député LREM du Médoc, a promis le dépôt d'une proposition de loi pour les que les victimes de l'érosion dunaire puissent être elles aussi indemnisées, au titre du Fonds Barnier, le foinds de prévention des risques naturels. Françoise Cartron, la sénatrice socialiste de Gironde, a elle aussi fait une proposition de loi, votée à l'unanimité par le Sénat. Sauf que certains élus parlent d'enfumage, et doutent de la volonté du gouvernement de voter une nouvelle loi sur le sujet. Pour ces élus, une mesure dérogatoire viendrait régler une bonne fois pour toutes ce contentieux qui n'a que trop duré.