Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Gironde : plus de 4000 animaux accueillis en 2018 au Centre de soins LPO d'Audenge

vendredi 4 janvier 2019 à 14:56 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde

En 2018, le Centre de soins LPO Aquitaine, basé à Audenge, a pour la première fois franchi la barre des 4000 animaux accueillis. Pour faire face à cette hausse constante, l'équipe du Centre va construire cette année de nouvelles structures. Une campagne de financement participatif est lancée.

Ce jeune phoque est un des derniers pensionnaires arrivé au Centre de soins LPO d'Audenge.
Ce jeune phoque est un des derniers pensionnaires arrivé au Centre de soins LPO d'Audenge. © Radio France - Camille Huppenoire

Bordeaux, France

La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) Aquitaine n'a pas chômé en 2018. Son Centre de soins, situé à Audenge, qui accueille non seulement les oiseaux mais aussi tous les mammifères de la faune sauvage, a franchi la barre des 4000 animaux accueillis et soignés l'année dernière. Des grives, des hérissons, des loutres, des chevreuils, des phoques...blessés ou malades, qu'il faut sauver, remettre sur pied et parfois éduquer, lorsqu'ils sont très jeunes. Ce sont précisément 4316 individus (dont plus de 600 hérissons !) qui sont passés par le Centre en 2018, un record depuis l'ouverture il y a 16 ans, et une augmentation de près de 30% par rapport à 2017. 

Quand on les voit comme ça, c'est très mignon...mais il vaut mieux laisser faire les professionnels ! Noriane, responsable des soins.

Noriane Rhouy, responsable des soins au Centre, présente l'un des derniers arrivés : un très jeune phoque, heurté par un bateau. Attention, prévient la jeune femme, même affaibli, l'animal peut être dangereux. Mieux vaut, si on en croise un qui semble mal en point sur une plage, ne pas s'approcher et prévenir les services compétents. "Quand on les voit comme ça, sourit Noriane face au 'bébé' phoque de 16 kilos, c'est très mignon...mais la mâchoire est très puissante. Mieux vaut laisser faire les professionnels !"

Près des volières, un nouvel enclos va être construit. - Radio France
Près des volières, un nouvel enclos va être construit. © Radio France - Camille Huppenoire

Le phoque est un pensionnaire qui prend beaucoup de place, et pour lequel le Centre de soins devrait construire, cette année, un nouvel espace d'accueil. Autre projet, toujours pour des espèces qui ont besoin d'espace pour se remettre de diverses blessures, un enclos près des volières déjà existantes, dans le grand parc du Domaine de Certes. Si la petite équipe de 4 salariés, aidée d'une centaine de bénévoles, est plutôt douée en bricolage, elle va avoir besoin de fonds pour mener ces gros projets de construction à terme. 

Une campagne de financement participatif pour récolter 30.000 euros

L'association, soutenue par des subventions, a lancé une campagne de financement participatif pour lever des fonds. "L'objectif est fixé à 30.000 euros", explique Mathieu. "Mais bon, si on dépasse cet objectif, on est preneur aussi !" s'amuse le jeune soigneur animalier, également "bricoleur en chef" au Centre de soins. Il a chiffré précisément les besoins pour cette nouvelle année, à la fois pour les dépenses courantes, dont le matériel médical et de sécurité pour les soigneurs, et pour les nouvelles structures à construire, "à partir du moment où ça concerne des installations de plus grande ampleur, on va être obligé d'acheter du matériel, car avec de la simple récupération, ce n'est pas possible."

Sur les 30.000 euros espérés, plus de 8000 ont déjà été récoltés. La campagne se termine le 30 avril 2019, avant la saison estivale, souvent la plus chargée au Centre de soins.