Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Glyphosate : la justice annule l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360

mardi 15 janvier 2019 à 16:38 - Mis à jour le mercredi 16 janvier 2019 à 6:29 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le tribunal administratif de Lyon a annulé mardi l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un produit désherbant contenant du glyphosate commercialisé par Monsanto. La justice invoque le "principe de précaution". Cette interdiction entre en vigueur dès aujourd’hui.

Illustration Roundup
Illustration Roundup © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Le Roundup Pro 360 doit "être considéré comme une substance dont le potentiel cancérogène pour l'être humain est supposé". S'appuyant sur les recherches du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le tribunal administratif de Lyon a annulé ce mardi l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un produit désherbant contenant du glyphosate commercialisé par Monsanto. 

Cette interdiction prend effet immédiatement a précisé l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) qui avait avalisé la mise sur le marché de cet herbicide. Les juges ont estimé que l’institution avait "commis une erreur d'appréciation au regard du principe de précaution" en autorisant ce produit le 6 mars 2017.

Le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) avait saisi en mai 2017 la justice pour réclamer le retrait de ce désherbant, utilisé notamment sur les cultures légumières, fruitières et la vigne.

"Une décision absolument majeure"

L’Anses avait fait valoir devant les juges administratifs que le Roundup Pro 360 avait une composition "strictement identique" au Typhon, herbicide commercialisé par Adama et autorisé en France depuis 1996. Un argument balayé par le tribunal, jugeant que le caractère cancérogène du Typhon n’avait "pas été étudié" dans l’avis de l’autorité sanitaire.

"C'est une décision absolument majeure car elle devrait concerner tous les Roundup, le tribunal considérant que tous les produits contenant du glyphosate sont probablement cancérogènes", s'est félicité l'avocate de la CRIIGEN, Me Corinne Lepage, qui a salué une décision judiciaire "très motivée" auprès de l'AFP.

En novembre 2017, l'Union européenne a renouvelé son homologation du glyphosate pour cinq ans. Dans un article publié ce mardi, Le Monde (abonnés) révèle que le rapport d’évaluation sur lequel l'UE a basé sa décision, plagie en réalité des documents transmis directement aux autorités par le groupe agrochimique. L'institut mandaté par l’Union européenne a "recopié, souvent mot pour mot, le dossier d’homologation du glyphosate transmis aux autorités européennes par Monsanto et ses alliés industriels, réunis au sein de la Glyphosate Task Force (GTF)" selon le quotidien.

Emmanuel Macron s'est engagé à bannir le glyphosate en France d'ici 2021.