Climat – Environnement

Gognies-Chaussée : des bénévoles franco-belges font traverser tous les jours la route à des grenouilles !

Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord jeudi 3 avril 2014 à 8:38

Traversée grenouille
Traversée grenouille © Radio France

Ils n'ont pas les moyens de construire un tunnel sous la route alors matin et soir, ils récupèrent derrière une barrière qu'ils ont installé les batraciens pour les faire traverser la frontière et faciliter leur reproduction.

Ca fait maintenant 3 printemps que les automobilistes qui passent par Gognies-Chaussée, petit village transfrontalier de l'Avesnois assistent à un drôle de spectacle, la traversée comme les enfants des crapauds et grenouilles rousses de la commune sous la protection de bénévoles. De fin février au 15 avril, ils  traversent en fait la départementale qui est la frontière franco-belge pour permettre aux batraciens  de se reproduire dans les cours d'eau de l'autre côté de la route sans se faire écraser.

reportage grenouille 1

Traversée grenouille 2 - Radio France
Traversée grenouille 2 © Radio France
Une barrière batraciens beaucoup moins chère que le crapoduc

Ils auraient pu construire un crapoduc, un tunnel sous la route pour éviter de se déplacer tous les jours, mais ca coute trop cher, alors ils ont installé des barrières amphibiens avec le soutien du CPIE de l'Avesnois, Centre permanent d'initiatives pour l'environnement et l'association belge NatagoraUn système beaucoup plus artisanal très répandu en Belgique, avec 64 traversée en Wallonie.

reportage grenouille

1000 traversées par an de grenouilles et batraciens

Sur 1 km côté belge, ils ont installé une barrière avec une bâche qui s'enfonce dans le sol pour éviter tous passages, et tous les 5/6 mètres, ils ont enterré des seaux dans lesquels tombent les grenouilles, et tous les matins et soirs, les bénévoles avec leur chasuble à l'effigie d'une grenouille récupèrent les bêtes, ils recensent alors leur nombre, espèce, sexe.

Leur nombre varie en fonction de la chaleur et l'humidité , mais en général ils en récupèrent une vingtaine, avec des pics à 50 cette semaine avec le beau temps. Ils les font ensuite traverser la départementale sous le regard médusé des automobilistes,  qui ralentissent, s'arrêtent pour discuter avec eux, mais certains continuent à foncer, et pour ne pas finir comme les grenouilles écrasées, les bénévoles doivent faire très attention. Une méthode très artisanale donc de protéger l'espèce, mais ca marche car tous les ans, les passionnés assurent la traversée de 1000 grenouilles !