Climat – Environnement

Gorilles en danger : comment on les protège à Saint-Martin-la-Plaine

Par Marie Blondiau, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 5 septembre 2016 à 20:54

Tam-Tam, Hyasmina , Pamela, Gypsy, Jade... Au total, 12 gorilles de l'Ouest africain vivent à Saint Martin La Plaine
Tam-Tam, Hyasmina , Pamela, Gypsy, Jade... Au total, 12 gorilles de l'Ouest africain vivent à Saint Martin La Plaine - Espace zoologique de Saint Martin La Plaine

Après le gorille de l'Ouest africain, voilà la deuxième espèce de gorille - le gorille de l'Est de l'Afrique - elle aussi proche de l'extinction, selon la fameuse liste rouge de l'UICN. Reportage dans l'une des plus grandes familles de gorilles de France.

Douze gorilles vivent à Saint Martin la Plaine, dans cinq installations construites juste pour eux, un cas unique en France. Des gorilles accueillis depuis 1974. A l'origine, c'était un moyen de les sauver d'une mort certaine, raconte Pierre Thivillon, le responsable de l'Espace zoologique.

Les deux gorilles que nous avons recueillis au tout départ auraient été mangés. Aujourd'hui, il y a en Afrique un peu plus de protection, mais dans certaines zones, la chasse n'a pas disparu. Pierre Thivillon

La chasse, la guerre et la perte d'une partie de l'habitat de ces espèces, voilà les trois causes de la disparition des gorilles selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, qui publie sa liste rouge chaque année. Et qui vient donc de classer le gorille de l'Est "en danger critique", la dernière catégorie avant l'extinction à l'état sauvage. C'était déjà le cas pour le gorille de l'Ouest. Ceux qui vivent en ce moment à Saint Martin la Plaine n'iront jamais en Afrique, repeupler l'espèce, mais leurs enfants peut-être, selon le vétérinaire Jean-Christophe Gérard.

On ne peut pas prendre des individus en captivité et les relâcher dans la nature. Il faut que les animaux soient entraînés par d'autres gorilles, et non pas par l'homme. Jean-Christophe Gérard

Difficile réintroduction

Voilà tout le casse tête de la réintroduction. Les gorilles de nos zoos ne peuvent pas encore empêcher la disparition de leurs cousins à l'état sauvage, puisque les rares gorilles réintroduits ne sont pas assez protégés. Mais si, à l'avenir, on met en place de grands territoires protégés, ce sera peut-être possible. Selon Pierre Thivillon, c'est surtout une question d'argent. En attendant, à Saint Martin la Plaine, pas de souci pour le renouvellement des générations. Au total, huit gorilles sont déjà nés ici.

Le WWF travaille bien sûr à la protection des gorilles et recueille les dons. L'Espace zoologique de Saint Martin la Plaine est lui partenaire d'autres associations de protection des animaux.

Partager sur :