Climat – Environnement

Grand froid : les chantiers pénalisés à Dijon

Par Christophe Tourné et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mercredi 18 janvier 2017 à 18:55

Un chantier paralysé par le froid à Dijon
Un chantier paralysé par le froid à Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Depuis quelques jours il fait très froid en Bourgogne. Tellement froid que dans les entreprises du bâtiment et travaux publics, les salariés sont très souvent mis en "chômage intempéries".

« Travailler c’est trop dur » chantait Julien Clerc dans les années soixante-dix. Mais aujourd’hui, c’est parfois juste impossible. Le froid paralyse les chantiers. Des ouvriers du BTP se retrouvent en chômage intempéries. C'est l'employeur qui prend cette décision très difficile car pendant ce temps-là le chantier n'avance pas. Les salariés -eux- sont alors payés 75% de leur salaire net.

Plus possible de travailler en extérieur

Jean-Pierre Leteurtre est conducteur de travaux chez Eurovia Bourgogne à Longvic. Son entreprise, réalise en ce moment, les travaux de terrassements, les réseaux et l'éclairage des parkings sur le chantier du futur hôpital privé de Dijon en zone Valmy. Depuis le début de la semaine, Eurovia, a renvoyé chez eux tous les ouvriers. Il n'était plus possible de continuer à travailler en extérieur explique Jean-Pierre Leteurtre.

« Quand on a des températures en dessous de zéro, ça devient très compliqué. Les bétons gèlent. Du coup, les ouvriers restent chez eux et sont payés par la caisse des intempéries à laquelle cotisent les entreprises qui prend le relais au niveau des salaires des ouvriers qui sont arrêtés. Cela peut aussi arriver quand il pleut trop. Pendant ce temps, on cherche à remplir les carnets de commandes mis à mal en ce moment ».

Jean-Pierre Leteurtre

Jean-Pierre Leteurtre, conducteur de chantier chez Eurovia Bourgogne - Radio France
Jean-Pierre Leteurtre, conducteur de chantier chez Eurovia Bourgogne © Radio France - Thomas Nougaillon

Eurovia est une énorme entreprise qui compte 45 000 salariés à travers le monde dont 400 en Bourgogne. Eurovia espère reprendre son chantier sur le site du futur hôpital privé fin janvier-début février puisque la semaine prochaine, on annonce encore des températures négatives à -7°c, -8°c croit savoir Jean-Pierre Leteurtre.

Si l'employeur doit selon le code du travail prendre "les mesures nécessaires" pour "protéger la santé physique" de ses salariés, la loi n'est pas très précise concernant la notion de "grand froid". Rien n'est dit par exemple sur le niveau de température au-dessous duquel il faut s'arrêter de travailler.

chantier - Radio France
chantier © Radio France - Thomas Nougaillon