Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Naufrage du cargo Grande America

Grande America : les associations girondines de défense de l'environnement entre colère, inquiétude et fatalisme

jeudi 14 mars 2019 à 15:12 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde et France Bleu

La menace d'une nouvelle pollution aux hydrocarbures fait frémir et bondir les associations écologistes qui estiment que les leçons des précédentes marées noires n'ont pas été retenues.

Le Grande America transportait 2200 tonnes de fioul lourd.
Le Grande America transportait 2200 tonnes de fioul lourd. © Maxppp - Maxppp

Bordeaux, France

Encore une fois, elles vont porter plainte contre l'armateur. Mais le mal sera fait. Alors que la Gironde a été placée en pré-alerte, menacée par deux nappes d'hydrocarbure qui pourraient l'atteindre d'ici dix jours, ceux qui défendent l'environnement sont dans l'attente. 

"La catastrophe est en pointillé, explique Patrick Point, président de l'association Vive la forêt basée à Lacanau, elle s'annonce et on n'en connaît pas l'ampleur. On verra quand ça arrivera mais il y a un certain fatalisme. Même si des moyens sont mis en oeuvre pour en limiter l'impact, il est vraisemblable que cet impact interviendra bien."

Patrick Point, président de l'association Vive la forêt qui regroupe 400 adhérents. - Radio France
Patrick Point, président de l'association Vive la forêt qui regroupe 400 adhérents. © Radio France - Arnaud Carré

Patrick Point : "Il y a un certain fatalisme"

Les amoureux de la nature suivent donc les dernières informations, les bulletins météo et pestent de voir qu'après l'Amoco Cadiz, l'Erika ou le Prestige, la liste va s'allonger et la nature trinquer une nouvelle fois.  

Un problème international

"Manifestement, ça continue, enrage Daniel Delestre, président de la SEPANSO Gironde. Certains ne comprennent pas. Quand on importe des objets du bout du monde, ça a un coût écologique énorme. Quand ces bateaux coulent, c'est la nature qui paie et la nature c'est nous.

"En France, poursuit-il, je considère que les autorités font ce qu'il faut tant dans la surveillance des navires que dans celle du trafic maritime. Mais quand on a affaire à des bateaux pourris, même si je ne sais pas si c'est le cas du Grande America, à des capitaines irresponsables qui nettoient leurs cuves dans l'océan, c'est un problème international. Et ces pollutions sont inadmissibles."

Les plages girondines vont-elles être les victimes d'un nouvel épisode de marée noire ? - Radio France
Les plages girondines vont-elles être les victimes d'un nouvel épisode de marée noire ? © Radio France - Stéphanie Brossard

Daniel Delestre : "C'est la nature qui paie et la nature c'est nous"

Tous déclarent se tenir prêts à mobiliser leurs adhérents s'il faut chausser les bottes pour aller nettoyer les plages. En espérant que les moyens déployés actuellement en mer permettront de réduire au maximum les dégâts à terre.

"La nature finira par reprendre le dessus, philosophe Patrick Point. Mais en attendant, à court et moyen terme, il y aura des conséquences économiques et sociales.