Climat – Environnement

Gravelines : une campagne de distribution de pastilles d'iode autour de la centrale

Par Cécile Bidault, France Bleu Nord mercredi 20 janvier 2016 à 9:20

La centrale de Gravelines
La centrale de Gravelines

Une réunion publique a lieu ce mercredi 20 janvier, à Gravelines, pour informer les habitants de la campagne de distribution de pastilles d'iode dans une zone de 10 km autour de la centrale nucléaire. 72 000 personnes sont concernées dans 14 communes.

Comme pour toutes les centrales nucléaires de France, une campagne de distribution de pastilles d'iode va avoir lieu début février à Gravelines, et dans une zone de 10 km autour du site. Ce mercredi, les habitants sont invités à participer à une réunion publique, à 17h au Sportica, espace Goélette. 72 000 personnes sont concernées dans le Dunkerquois : elles vont recevoir un courrier, les invitant à venir retirer gratuitement des boîtes de pastilles d'iode dans les pharmacies partenaires. La précédente campagne remonte à 2009.

A quoi servent les pastilles d'iode ?

En cas d'accident nucléaire, les pastilles d'iode servent à protéger l'organisme des cancers de la thyroïde. En étant ingérée, cette iode stable empêche l'iode radioactive rejetée par la centrale de se fixer sur la thyroïde, et donc de provoquer des cancers. Au delà de l'aspect pharmaceutique, cette campagne d'information vise à rappeler les bons réflexes à avoir en cas d'accident : se mettre à l'abri, écouter la radio, ne pas aller chercher ses enfants à l'école, limiter ses communications téléphoniques, et même se préparer à une éventuelle évacuation.

Les anti-nucléaires sceptiques

Pour Laura Hameaux, porte-parole du Réseau Sortir du nucléaire, "cette distribution prouve qu'un accident nucléaire est possible en France". Selon elle, l'iode "perd 50% de son efficacité, si elle est prise 6 heures après l'accident, et ne protège pas des autres produits rejetés dans l'atmosphère en cas de catastrophe".

Laura Hameaux, porte-parole du Réseau Sortir du nucléaire

POUR ALLER PLUS LOINL'argumentaire du Réseau Sortir du nucléaire 

Paulo-Serge Lopes, porte-parole d'Europe Ecologie les Verts Flandre Maritime, estime quant à lui qu'une seule réunion d'information, à Gravelines, "c'est un peu court pour plus de 70 000 habitants". Il estime par ailleurs que le périmètre de 10 km autour de la centrale nucléaire est "trop restreint".

Un numéro vert, le 0 800 96 00 20, est mis en place par les autorités, dans le cadre de cette campagne de distribution d'iode. Vous pouvez aussi consulter le site internet.**

A ECOUTER ► [François Godin, chef de division de l'Autorité de sûreté nucléaire à Lille**](https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-la-redaction-7h50/nord/l-invite-de-la-redaction-59)