Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenouilles de Grignols en Dordogne : où en est-on de cette bataille entre voisins ?

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu
Grignols, France

Cela fait plus de sept ans qu'une bataille judiciaire oppose deux voisins sur l'avenir d'une marre abritant des grenouilles. Malgré une décision judiciaire, Annie et Michel Pecheras se battent toujours.

Les soutiens de Michel et Annie se sont réunis ce samedi
Les soutiens de Michel et Annie se sont réunis ce samedi © Radio France - Charles de Quillacq

La mobilisation continue autour de Michel et Annie Pecherass. Ce samedi, une cinquantaine de personnes sont venus les soutenir chez eux au bord du plan d'eau.

Le couple de retraités de Grignols a été condamné par la justice à reboucher la mare dans le jardin, parce que les voisins trouvent que les grenouilles font trop de bruit. Mais le code de l'environnement les en empêchent.

Sept ans de bataille judiciaire 

Deux procès, des milliers de signature sur une pétition et quelque manifestations plus tard : les grenouilles croassent toujours dans l'étang de la propriété. En décembre dernier la Cour de cassation à reboucher la mare. Mais le plan d'eau située sur le domaine familiale depuis une centaine d’années est toujours là.

Encore un an de procédure au minimum

S’ils ne rebouchent pas la mare,  ils seront sous le coup d’une lourde astreinte. Et s’ils rebouchent la mare en dépit des huit espèces protégées qui s’y trouvent, ils s’exposent à une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et 150 000 euros d’amende. Alors des associations de défense de l’environnement ont décidé de ressaisir la cour d'appel de Bordeaux pour trancher la question une bonne fois pour toute. Cette décision devrait mettre du temps : "On est reparti pour un an de plus" estime Michel Pecheras. 

Un mur anti bruit ?

Les associations de protection de protection ne conteste pas la décision de justice, elles prônent une troisième solution : " Une des solution serait la construction d'un mur anti bruit pour préservé les amphibiens de cette marre" avance Gérard Charollois président de convention vie et nature. Reste a savoir qui devra payer cet équipement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess