Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Climat : Greta Thunberg à l'Assemblée nationale mardi, des députés de droite appellent au "boycott"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'égérie suédoise de la lutte climatique, Greta Thunberg, est attendue ce mardi à l'Assemblée nationale. Elle doit notamment assister à la séance des questions au gouvernement. Une visite qui ne fait pas l'unanimité dans les rangs de la droite notamment.

 Greta Thunberg à Berlin le 19 juillet 2019
Greta Thunberg à Berlin le 19 juillet 2019 © Maxppp - Marc Vorwerk/SULUPRESS.DE

Figure emblématique de la lutte contre le réchauffement climatique, la jeune suédoise Greta Thunberg va plaider sa cause devant les parlementaires français ce mardi. Invitée par les 162 députés membres du collectif transpartisan pour le climat "Accélérons", l'adolescente de 16 ans, qui a reçu dimanche le Prix Liberté 2019 à Caen, doit participer à une réunion dédiée au dérèglement climatique ouverte aux autres parlementaires.

"À ses côtés interviendront (la climatologue) Valérie Masson-Delmotte, vice-présidente du GIEC et coordinatrice du rapport spécial du GIEC sur la limitation du réchauffement climatique à 1,5°C, ainsi que de jeunes Français engagés pour le climat", a précisé à l'AFP le député Matthieu Orphelin, à l'initiative de ce collectif. Elle assistera aussi à la séance des questions au gouvernement, depuis la tribune d'honneur.

"Les masques tombent sur un arrière-fond de climatoscepticisme"

Une initiative vivement critiquée par des députés LR et RN. Samedi, Guillaume Larrivé, candidat à la présidence de LR, a appelé ses collègues à "boycotter" Greta Thunberg à l'Assemblée nationale. "Ne comptez pas sur moi pour applaudir une prophétesse en culottes courtes, « Prix Nobel de la peur »", a tweeté dimanche Julien Aubert, lui aussi candidat à la tête de LR.  

"Les masques tombent en fait sur un arrière-fond, en quelque sorte, de climato-scepticisme (...) Monsieur (Guillaume) Larrivé et monsieur (Julien) Aubert jouent leur compétition interne (à la tête du parti les Républicains) de politique politicienne sur le dos de la lutte contre le changement climatique", a dénoncé Delphine Batho, présidente de Génération écologie et députée des Deux-Sèvres sur Franceinfo. "Il faut croire qu'on est dans une situation tellement dramatique et même tragique que la jeunesse a davantage lu les rapports du Giec que bien des responsables politiques", s'est-elle indignée.

"C'est la colère qui devrait nous emporter tous aujourd'hui. Ce n'est pas la boycotter qu'il faut, c'est au contraire l'acclamer et dire que nous n'en faisons pas suffisamment", a pour sa part défendu Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, sur Cnews, en soulignant que "cette jeune femme a eu un rôle extraordinaire dans la prise de conscience globale en Europe, même dans le monde"

Choix de la station

France Bleu