Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Homo sapiens aurait découvert l'Europe 140.000 ans plus tôt qu'on ne le pensait

-
Par , France Bleu

Une découverte scientifique qui secoue l'histoire de l'humanité. Donc notre histoire. D'après une étude parue ce mercredi dans la revue Nature, l'homo sapiens, notre espèce serait arrivée en Europe bien plus tôt qu'on ne le croyait.

Pas simple l'histoire des Hommes !
Pas simple l'histoire des Hommes ! © Maxppp - Patrick Lefevre

On sait qu'homo sapiens est né en Afrique et on pensait qu'il ne s'était aventuré en Europe qu'il y a 70.000 ans. Mais une étude parue ce mercredi dans la revue Nature montre que cette migration se serait faite beaucoup plus tôt. 

La transhumance aurait eu lieu dans un passé très lointain : il y a 210.000 ans. Car c'est l'âge d'Apimida, découvert en Grèce dans une grotte du Péloponnèse. Ce qui en fait le plus vieil homo sapiens non africain qu'on ait jamais retrouvé. 

Apimida a mis 40 ans à entrer dans la famille homo sapiens 

Mais il s'est passé 40 ans entre la découverte de ses restes et son entrée dans la famille homo sapiens. D'abord parce que ça été coton de le sortir de sa roche. Et aussi parce que les techniques de datation et d'imagerie d'aujourd'hui permettent des analyses impossibles avant. 

Une étude scientifique qui ne fait pas l'unanimité 

Cela dit, tous les scientifiques ne croient pas que ce papy grec est un homo sapiens. Ils jugent son bout de crâne trop petit pour être probant. Bien sûr, pas les auteurs de l'étude pour qui l'arrondi du crâne ressemble comme deux gouttes d'eau au notre. 

S'ils ont raison, c'est la preuve que nos ancêtres ont voulu très tôt découvrir le vaste monde. Quitte à rebrousser chemin pour mieux revenir mais bien plus tard.

L'article original paru dans la revue Nature.