Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Géothermie en Combrailles : feu vert pour les recherches

mardi 31 octobre 2017 à 23:56 Par Fabien Arnet et Olivier Estran, France Bleu Creuse et France Bleu Pays d'Auvergne

Le projet de géothermie dans les Combrailles est officiellement lancé. Les ministres Nicolas Hulot et Bruno Le Maire ont signé la semaine dernière un permis exclusif de recherches pour 3 ans. 63 communes de la Creuse, de l’Allier, et du Puy-de-Dôme sont dans le périmètre.

Le périmètre de recherches du PER de Combrailles-en-Marche
Le périmètre de recherches du PER de Combrailles-en-Marche - TLS Geothermics

Le 24 octobre 2017, Nicolas Hulot et Bruno Le Maire, respectivement ministres de la Transition écologique et de l'Economie, ont signé l'arrêté accordant un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques à haute température, dit "permis de Combrailles-en-Marche" (Allier, Creuse et Puy-de-Dôme), à la société TLS Geothermics SAS. TLS Geothermics promet une géothermie "sans fracturation hydraulique". Lors d'une réunion publique, le 20 mai 2017 à Chambon-sur-Voueize, la société toulousaine avait détaillé son projet ici

Objectif : localiser des zones de forte chaleur (120 à 150°C) à une profondeur de trois à cinq kilomètres, et des eaux souterraines qui permettront de transformer la chaleur en calories. Après avoir ciblé une zone, TLS Geothermics envisage d'y construire une centrale géothermique au plus tard dans cinq ans.

Une zone à explorer entre Creuse, Allier et Puy-de-Dôme

31 communes en Creuse : Auge, Bord-Saint-Georges, Boussac, Boussac-Bourg, Budelière, Chambonchard, Chambon-sur-Voueize, Charron, Evaux-les-Bains, Fontanières, Gouzon, La Celle-sous-Gouzon, Lavaufranche, Lépaud, Leyrat, Lussat, Nouhant, Reterre, Rougnat, Saint-Julien-la-Genête, Saint-Loup, Saint-Pierre-le-Bost, Saint-Silvain-Bas-le-Roc, Saint-Silvain-sous-Toulx, Sannat, Soumans, Tardes, Toulx-Sainte-Croix, Trois-Fonds, Verneiges, Viersat.

26 communes dans l'Allier : Archignat, Arpheuilles-Saint-Priest, Chambérat, Durdat-Larequille, Huriel, La Celle, La Chapelaude, La Petite Marche, Lamaids, Lavault-Sainte-Anne, Lignerolles, Marcillat-en-Combraille, Mazirat, Néris-les-Bains, Prémilhat, Qauinssaines, Ronnet, Sainte-Thérence, Saint-Fargeol, Saint-Genest, Saint-Marcel-en-Marcillat, Saint-Martinien, Saint-Sauvier, Terjat, Treignat, Villebret.

6 communes dans le Puy-de-Dôme : Ars-les-Favets, Bussières, Château-sur-Cher, Pionsat, Saint-Hilaire, Saint-Maurice-près-Pionsat.

Une satisfaction pour l'entreprise

Le président de la société TLS Geothermics SAS, Mathieu Auxiètre, s'est dit "très satisfait" de la décision gouvernementale : "La géothermie n'est pas très développée en France alors qu'elle peut contribuer à la transition écologique." Le patron de cette petite société toulousaine estime que ce permis exclusif de recherches "est une vraie reconnaissance de l'état pour [leur] travail".

Les projets de TLS Geothermics a découvrir ici et en cliquant ici : Le potentiel géothermique en France.