Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

"Ici commence la mer" : Quimper s'engage contre les mégots

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Ce samedi 25 mai, la lutte contre les mégots sauvages était au centre des préoccupations, place Terre au Duc à Quimper, avec des clous géants en laiton, un immense cendrier et une chasse aux mégots pour les volontaires.

307 clous "Ici commence la mer" sont en cours d'installation dans le bassin versan de l'Odet
307 clous "Ici commence la mer" sont en cours d'installation dans le bassin versan de l'Odet © Radio France - Nolwenn Quioc

Quimper, France

L'odeur de tabac froid prend au nez quand on passe place Terre-au-Duc, mais c'est pour la bonne cause. Près d'un stand d'information, un immense cendrier attend les mégots que voudront bien ramasser les volontaires. 

Le cendrier géant de l'entreprise Mégo! peut recevoir jusqu'à 160 000 mégots  - Radio France
Le cendrier géant de l'entreprise Mégo! peut recevoir jusqu'à 160 000 mégots © Radio France - Nolwenn Quioc

Armé de gants et d'une bouteille en plastique, Julian vient de participer à l'opération : "Là on a fait une grosse demi-heure ce matin, on a ramassé une dizaine de centimètres d'une bouteille. J'avoue qu'on s'est bien marré ! C'est pas triste de faire ça, ce qui est triste, c'est de devoir faire ça".

Julian a passé une demi-heure à collecter les mégots avec une amie - Radio France
Julian a passé une demi-heure à collecter les mégots avec une amie © Radio France - Nolwenn Quioc

Abel, 8 ans, a lui aussi collecté les mégots : "On en a trouvé beaucoup. On est allé un peu partout, surtout vers le marché, et après on est allé à la fontaine. On les a mis dans une bouteille, et on les a jeté dans un espèce de bac".

Plus de 20 000 mégots ramassés en une journée

Le cendrier géant se remplit petit à petit sous l’œil attentif de Bastien Lucas, dirigeant de la société Mégo!, basée à Bourg-Blanc dans le Nord-Finistère, et qui recycle les mégots de cigarette. "Vous voyez, là, on a commencé il y a une heure et demi, et on a déjà beaucoup de mégots. Malheureusement ça va continuer, je pense qu'on va au moins atteindre entre 20 et 30 000 mégots ramassés à la fin de la journée, ce qui représente plusieurs kilos"

La société Mégo! qui recycle les filtres des mégots de cigarette, notamment pour en faire du mobilier urbain, propose des actions de sensibilisation - Radio France
La société Mégo! qui recycle les filtres des mégots de cigarette, notamment pour en faire du mobilier urbain, propose des actions de sensibilisation © Radio France - Nolwenn Quioc

"Si on part du principe que chaque mégot pollue jusqu'à 500 litres d'eau, vous imaginez le nombre de litres d'eau que ça a pu polluer déjà, ou que ça risque de polluer encore plus" - Bastien Lucas, dirigeant de Mégo!

Des clous en laiton pour interpeller les passants

Car un mégot jeté à terre finit invariablement dans une rivière, puis à la mer. C'est pourquoi le Sival'Odet, le syndicat du bassin versan de l'Odet, procède en ce moment à l'installation de plus de 300 gros clous en laiton, à Quimper et dans les communes environnantes, près des bouches d'évacuation des eaux de pluie. Sur ces clous, l'inscription "Ne rien jeter, ici commence la mer" encadre le dessin d'un saumon. 

De nombreux clous "Ici commence la mer" sont déjà mis en place, comme ici rue Saint-Mathieu à quimper - Radio France
De nombreux clous "Ici commence la mer" sont déjà mis en place, comme ici rue Saint-Mathieu à quimper © Radio France - Nolwenn Quioc

"C'est vraiment pour sensibiliser les gens au fait que c'est pas le tout à l'égout, détaille Anne-Sophie Blanchard, coordinatrice du Sival'Odet. Les gens pensent souvent que c'est le tout à l'égout mais c'est juste du pluvial, et donc ca va directement à la rivière et ensuite ça se jette dans la mer". La ville de Quimper n'est d'ailleurs pas la première à mettre en place ce genre d'inscription : à Landerneau, les plaques "Ici commence la mer" font désormais partie du paysage urbain.