Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Il monte à Paris en vélo pour dénoncer l'élagage abusif le long des routes

lundi 2 avril 2018 à 19:22 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Un Corrézien a fait étape en Berry lundi de Pâques avec son vélo pour dénoncer les coupes trop systématiques dans les arbres.

Sébastien Birou, militant écologiste.
Sébastien Birou, militant écologiste. © Radio France - Jonathan Landais

Issoudun, France

Il se lance un défi original pour se faire entendre. Un corrézien de 46 ans monte à Paris en vélo depuis Tulle, en Corrèze, en passant par la Creuse, le Berry et la Sologne. Un parcours d'environ 500 km jusqu'à la capitale où il va remettre jeudi une lettre ouverte au Ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot contre l'élagage abusif des arbres le long des routes. Il fait partie du collectif corrézien AGIRR, "Les arboristes grimpeurs pour des interventions respectueuses raisonnées", basé dans la région de Brive.

C'est un massacre en Corrèze"

Sébastien Birou, militant écologiste, grimpeur-élagueur de profession, estime que certains départements comme la Corrèze ont la coupe un peu facile et que les arbres sont en danger. "La Corrèze a lancé en septembre dernier un vaste chantier d'élagage pour préparer l'arrivée de la fibre optique (...) la fibre est installée sur les poteaux téléphoniques, donc il faut les dégager". Mais selon lui, le chantier se serait fait de manière précipitée. "C'est un massacre, des milliers d'arbres sont abattus, les gens prennent des risques pour abattre les arbres tout seuls, ils font appel à des entreprises pas très scrupuleuses qui coupent un peu n'importe comment", assure-t-il.

J'espère interpeller les gens avec mon fanion"

La lettre ouverte pour Nicolas Hulot se trouve dans sa sacoche, tractée à l'arrière de son vélo. - Radio France
La lettre ouverte pour Nicolas Hulot se trouve dans sa sacoche, tractée à l'arrière de son vélo. © Radio France - Jonathan Landais

"On cherche le soutien des berrichons pour dénoncer cette situation"

Ce militant s'inquiète des conséquences "désastreuses" pour les écosystèmes. "Il va y avoir des problèmes de pourriture, des problèmes de repousse anarchique dans les arbres, les branches vont repousser et donc à nouveau être gênantes, si on coupe des arbres de bordure, ceux de derrière vont tomber parce qu'ils ne sont pas à l'abri etc". Durant six jours, avec son vélo, il va donc parcourir près de 500 km jusqu'à Paris.

Objectif : alerter les habitants des communes traversées. "J'espère que ce petit passage en vélo, cette petite remorque avec les fanions va interpeller les gens". Qu'en pensent les berrichons ? "C'est une désolation tout ce qui se passe, et il n'y a pas qu'en Corrèze... On ne peut que louer sa détermination et son bon sens" déclarent Lionel et Geneviève. Ce couple de berrichons a offert le repas du midi au cycliste lors de son passage près de Montgivray au sud de l'Indre lundi midi.

Un moratoire pour la Corrèze

Dans son courrier Sébastien réclame, pour la Corrèze, un moratoire sur le plan d'élagage, le temps de réfléchir à un chantier durable et respectueux de l'environnement. "Il est possible de faire cohabiter la route, les arbres et la fibre optique, mais il faut le faire de manière cohérente". Après une deuxième étape (lundi de Pâques) entre Bonnat (Creuse) et Issoudun (Indre), Sébastien repart mardi matin d'Issoudun vers Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher). Arrivée prévue jeudi 5 avril au Ministère.

Le cycliste a été accueilli lors de son étape berrichonne par deux retraités habitant près de Montgivray. - Radio France
Le cycliste a été accueilli lors de son étape berrichonne par deux retraités habitant près de Montgivray. © Radio France - Jonathan Landais