Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Ile de France : la gangrène des décharges sauvages prend de l'ampleur

lundi 30 juillet 2018 à 18:05 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris

L'île de France, championne de France du nombre des décharges sauvages, notamment dans les Yvelines, avec la plus grande plaine de déchets : 7000 tonnes sur une trentaine d'hectares. Les monticules d'ordures sont partout, dans les forêts, les sentiers, près des cours d'eau, causant des pollutions.

Olivier Cleland, agriculteur à Longperrier (77)
Olivier Cleland, agriculteur à Longperrier (77) © Radio France - Sylvie Charbonnier

Seine-et-Marne, France

C'est à la rentrée que doit être engagée une vaste enquête de l'ADEME (l'Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'Energie ). Son but : recenser les décharges sauvages, de plus en plus nombreuses. Pour certains élus, comme Bruno Millienne, député MoDem des Yvelines, il faut développer le nombre des déchetteries et baisser leur prix, pour inciter à ne plus déposer les déchets dans la nature. En attendant, les monticules d'ordures s'amoncellent, dans les forêts, les champs, les sentiers et au bord des cours d'eau, provoquant un véritable problème de santé publique. Comme le dit Olivier Cleland, agriculteur à Longperrier, en Seine et Marne, "les plastics, au fil du temps, s'effritent, et se retrouvent dans les terres, dans les cultures et dans les rivières, provoquant une véritable pollution, contre laquelle les pouvoirs publics ne prennent pas les moyens suffisants". 

les plastics dans la nature : source de grave pollution - Radio France
les plastics dans la nature : source de grave pollution © Radio France - Olivier Cleland

Les petites communes, débordées et impuissantes

Dans les petites communes d'Ile de France, les maires sont dépassés. Pour beaucoup, ils n'ont pas les moyens d'évacuer ces décharges à ciel ouvert. Pour Michel Mouton, le maire de Longperrier, en Seine et Marne, 2500 habitants "rien à faire! Je n'ai pas assez d'argent pour déblayer tous ces déchets, qui reviendraient aussi vite. Je ne peux pas augmenter les impôts, déjà très chers, pour ça. Du coup, je ne fais rien et l'Etat ne répond pas à mes appels". Dans sa commune, tous les sentiers sont envahis. Certains, où l'on venait faire de la randonnée, sont même devenus inaccessibles. Pour les agriculteurs, qui travaillent pour une agriculture raisonnée, la situation est devenue ingérable. C'est le cas d'Olivier Cleland, à Longperrier. Il produit du blé et des betteraves : "On dépense beaucoup d'argent et on se donne beaucoup de mal pour respecter les réglementations européennes, et, à côté de ça, on trouve des déchets polluants aux abords de nos cultures et personne ne fait rien. Il faut créer des déchetteries et les rendre gratuites, c'est la seule solution!" 

Michel Mouton, maire de Longperrier (77), à droite de l'image. Il se dit impuissant face à ces décharges sauvages - Radio France
Michel Mouton, maire de Longperrier (77), à droite de l'image. Il se dit impuissant face à ces décharges sauvages © Radio France - Sylvie Charbonnier

Le déchet appelle le déchet

C'est le département des Yvelines qui détient le record de France du nombre des décharges sauvages, avec la plus grande plaine de déchets du pays : 7000 tonnes sur une trentaine d'hectares. Mais c'est toute la région qui est concernée, y compris dans les belles forêts de Saint-Germain ou de Fontainebleau, sur les bords de la Marne, de la Seine ou le long des routes. Et si la situation s'aggrave, c'est que "le déchet appelle le déchet". Si l'on voit une décharge, on se croit autorisé à venir déposer ses propres déchets. Et difficile de déterminer les responsabilités : les gens du voyage, parfois, des auto-entrepreneurs du bâtiment, qui ne prennent pas la peine d'aller dans les déchetteries ou pour qui cela est trop cher, et certains particuliers qui n'hésitent pas à déposer leurs vieux canapés ou leurs chaises en plastic. Bien souvent, ces déchets sont toxiques, bourrés d'amiante ou de produits chimiques, qui, avec les pluies, finissent par s'écouler dans les cours d'eau et les cultures. Si, jusqu'à présent, les pouvoirs publics n'ont pas pris les mesures, pour lutter contre ces lèpres, des dispositions devraient être prises, début 2019, d'après le député des Yvelines, Bruno Millienne, pour développer le nombre des déchetteries et rendre leur prix plus accessible. 

les ordures dans les champs à Longperrier (77) - Radio France
les ordures dans les champs à Longperrier (77) © Radio France - Olivier Cleland