Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Incendie à la station d'épuration d'Archères (78) : quelles conséquences pour l'environnement?

-
Par , France Bleu Paris

La principale usine d'épuration des eaux d'Ile-de-France, la SIAAP d'Archères (78), sous surveillance, après l'incendie qui a ravagé une partie du site, mercredi 3 juillet. Des eaux partiellement non traitées s'écoulent toujours dans la Seine. Quelles sont les conséquences pour l'environnement?

L'usine SIAAP d'Archères (78)
L'usine SIAAP d'Archères (78) © Radio France - Sylvie Charbonnier

Yvelines, France

L'usine SIAAP ( Syndicat Interdépartemental pour l'Assainissement de l'Agglomération parisienne), classée Seveso, d'Archères, dans les Yvelines, a, une nouvelle fois été touchée par un accident, mercredi 3 juillet. Il s'agit du quatrième incident, en l'espace de quelques mois. Un gigantesque incendie a ravagé l'unité de clarifloculation, chargée d'épurer les eaux usées d'Ile-de-France, des particules flottantes, matières organiques, métaux lourds ou boues sédimentées. Si, dans les premières heures, les eaux usées, ont été directement déversées dans la Seine, des écoulements d'eaux partiellement non-traitées, s'écoulent toujours, en aval de l'usine. 

L'usine SIAAP d'Archères (78) - Radio France
L'usine SIAAP d'Archères (78) © Radio France - Sylvie Charbonnier

Un gigantesque panache de fumées noires

Au moment de l'incendie et dans les heures qui ont suivi, un gigantesque panache de fumées noires s'est répandu, inquiétant les riverains. D'après les autorités, ce nuage noir était dû à la combustion de plastique, sans conséquences sanitaires. L'an dernier, déjà, lors d'un précédent incident, les habitants du secteur avaient vu un nuage de fumées jaunes s'élever. Il s'agit, en l'espace de quelques mois, du quatrième incident, sur ce même site. 

Les poissons le ventre en l'air

Il est encore trop tôt pour évaluer les risques pour l'environnement. Ce que l'on sait, pour le moment, c'est que l'on voit des poissons, le ventre en l'air, notamment dans un bras mort de la Seine, situé en aval de l'usine. Pendant quatre heures, après l'incendie, les eaux usées se sont directement déversées dans le fleuve, diminuant considérablement le niveau d'oxygène et provoquant la mort des poissons, une centaine de poissons, d'après la police des eaux du ministère de l'environnement. Cependant, même si d'autres unités ont pris le relais du site incendié, des eaux partiellement non-traitées s'écoulent toujours dans le fleuve. Autre problème : le phosphore, qui était traité à l'endroit détruit et qui risque de provoquer la prolifération d'algues. 

le site SIAAP d'Archères (78) - Radio France
le site SIAAP d'Archères (78) © Radio France - Sylvie Charbonnier

Pas de risque sanitaire pour l'homme

L'eau de la Seine, n'étant pas à "usage domestique", d'aprèsYann Bourbon, directeur du site SIAAP d'Archères, " il n'y a pas de risques sanitaires" pour l'homme. En temps normal, l'usine traite 60 % des eaux usées de l'agglomération parisienne. Depuis l'incendie, seuls 40% sont traités, la moitié correctement, l'autre moitié, partiellement. Le problème devrait être réglé, en partie, dans les prochains jours, sauf pour ce qui concerne le phosphore, qui risque de provoquer la prolifération d'algues.