Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

VIDÉO - Incendies dans le Sud-Est : "C'est une expérience que je ne souhaite à personne"

jeudi 27 juillet 2017 à 16:29 - Mis à jour le jeudi 27 juillet 2017 à 18:00 Par Bastien Deceuninck, France Bleu Nord et France Bleu

Les nordistes qui ont pris des vacances dans le sud-est cet été ne sont pas près d'oublier leur séjour, entre les évacuations en pleine nuit, les journées enfermées dans les gymnases, et le ballet des Canadair au dessus de leurs têtes. Sylvain, originaire de Calais, témoigne.

L'incendie de Bormes-les-Mimosas a détruit plus de 1700 hectares de végétation.
L'incendie de Bormes-les-Mimosas a détruit plus de 1700 hectares de végétation. - Sylvain Druart

Bormes-les-Mimosas, France

Ils se souviendront longtemps de leurs vacances sur la Côte d'Azur. Les touristes venus passer l'été dans le Var et les Bouches-du-Rhône se sont retrouvés au milieu des incendies de forêt qui ravagent en ce moment le Sud-Est de la France et la Corse. Au total, plus de 10 000 personnes ont été évacuées de leurs habitations ou des campings où ils résidaient.

Un horizon rouge

"On a été réveillés vers trois heures du matin par le gérant du camping" raconte Sylvain, originaire de Calais, en vacancesà Bormes-les-Mimosas. "En sortant de notre mobilhome, j'ai vu tout l'horizon qui était rouge. Le feu n'était qu'à quatre ou cinq kilomètres. Nous nous sommes réfugiés sur la plage et nous avons vu l'incendie progresser toute la nuit." Ce n'est que vers huit heures du matin que les vacanciers ont pu regagner le camping. "Mais lorsque le feu a repris vers 11 heures, nous avons fait nos bagages et nous sommes partis. Les flammes n'étaient plus qu'à un kilomètre."

Par chance, lui et sa famille ont pu être hébergés chez des amis à quelques kilomètres de là. "Nous sommes allés chez eux. Toute la journée, on voyait la colonne de fumée noire qui s'étendait à l'horizon et les canadairs qui se battaient contre le feu. Je dis un grand bravo aux pompiers, surtout ceux qui ont travaillé pendant la nuit. Ils ont réussi à sauver de nombreuses maisons. J'ai vu des flammes passer à une vingtaine de mètres des habitations!"

Tout le temps de son évacuation, Sylvain a pu filmer l'incendie et l'intervention des pompiers :

"Chez vous il pleut. Ici, il ne pleut pas"

Le père de famille ajoute : "c'est une expérience très impressionnante que je ne souhaite à personne de vivre. Je comprends que certains soient traumatisés." Il rappelle aussi que certains gestes anodins peuvent avoir des conséquences dramatiques. "Certaines personnes devraient faire attention à ce qu'elles font. J'ai rencontré un pizzaïolo qui m'a raconté avoir repris un touriste breton qui venait de jeter son mégot de cigarette par la fenêtre de sa voiture. Il lui a dit "chez vous, il pleut! Ici, il ne pleut pas!"

Les pompiers reprennent progressivement le contrôle et certains touristes ont pu regagner leurs campings jeudi soir.