Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Incendies : le Vaucluse sous haute surveillance

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

Alors que le sud de la France est touché par les incendies de végétation, les sapeurs-pompiers de Vaucluse redoublent d'efforts pour prévenir, surveiller et lutter contre les feux.

Photo d'archives (2017)
Photo d'archives (2017) © Maxppp - Maxppp

Avignon, France

"Voir nos collègues autour faire de gros feux de forêt, c'est signe qu'il faut redoubler de vigilance." Ces mots sont ceux du lieutenant-colonel Philippe Chaussinand du SDIS de Vaucluse. Alors que la Provence est frappée par les incendies, accentués par la sécheresse, les soldats du feu du Vaucluse sont sur le qui-vive.

Une intervention rapide

Au centre opérationnel (le CODIS), où les appels vers le 18 convergent, une équipe veille au dispositif mis en place pour mailler au mieux le territoire du département. "Chaque soir à 17 heures, l'antenne de Valabre avec des ingénieurs météo nous prévoit les conditions météo du lendemain, explique l'officier. Le Vaucluse est divisé en huit zones, et pour chaque zone on sait quels sont les risques potentiels en cas d'incendie."

Des éléments qui permettent ensuite de mettre en place une stratégie avec des moyens sur le terrain. Ce mercredi, "qui était une journée à risque, nous avions 90 pompiers regroupés en Groupe d'Intervention de Feu de Forêt (GIFF), situés à plusieurs lieux stratégiques, et prêts à intervenir rapidement." S'ajoute à cela, la tour de guet à Mornas, et des patrouilles réalisées par les comité communaux et l'Organisme National de Forêt (ONF).

"Mettre le paquet sur les feux naissants" - Lieutenant-colonel Chaussinand

D'autant que deux colonnes de 60 sapeurs-pompiers chacune, sont partis dans le Gard sur l'incendie de Générac et en stand-by dans les Bouches-du-Rhône. "Cela fait partie d'une stratégie régionale, détaille l'officier. On met à disposition nos hommes et nos matériels et vice-versa, comme lors du feu de Cavaillon la semaine dernière."

L'objectif : pouvoir intervenir le plus rapidement. Dans les dix minutes maximum. "Lorsqu'un feu débute, c'est _une course contre la montre qui s'engage_, précise le lieutenant-colonel. Avec le vent, ce sont autant de risques aggravants. Ainsi, les flammes peuvent ravager parfois un hectare de végétation sur ce laps de temps."

"La moindre fumée, on la signale"

Les soldats du feu qui demandent à la population de redoubler de vigilance dans cette période de sécheresse. Ne pas jeter les mégots de cigarette, qui sont encore à l'origine de quelques départs d'incendie. Veillez à la chaleur qui peut parfois sortir des engins agricoles, notamment au niveau des pots d'échappement, et qui peuvent provoquer des feux. Attention au barbecue, à débroussailler autour de chez soi.

"Ne pas hésiter aussi à appeler le 18, martèle le lieutenant-colonel Chaussinand. Souvent les gens se disent : 'si moi je l'ai vue, d'autres personnes ont aussi vu cette fumée et ont appelé, sauf que ce n'est pas toujours le cas'. Et même si ça paraît évident pour tout le monde, parfois ça ne l'est pas." Avoir des appels de plusieurs personnes sur la même fumée, permet ainsi de se renseigner sur le phénomène, voire le sinistre.

Le CODIS 84 à Avignon - Radio France
Le CODIS 84 à Avignon © Radio France - Stéphane Garcia