Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Incendies : quelle prévention pour l'intérieur de la Corse ?

lundi 8 janvier 2018 à 10:01 Par Hélène Battini et Alexandre Sanguinetti, France Bleu RCFM

Après la tempête et le feu qui a ravagé 2 000 hectares, la semaine dernière, notamment à Chiatra, Cervione et Valle di Campoloro, une question se pose aujourd'hui, celle de la prévention des incendies et de l'aménagement des territoires de l'intérieur.

Incendie de Cervioni 04.01.2018
Incendie de Cervioni 04.01.2018 © Radio France - Maxime Becmeur

Corse, France

La FDSEA dégaine la première

Le syndicat agricole demande aujourd'hui la mise en œuvre urgente d'une déclaration d'intérêt général pour intervenir sur tous les terrains en friche quel que soit les propriétaires. Joseph Colombani, président du syndicat et de la chambre régionale d’agriculture.  « Lorsqu’il y a des incendies comme ça, il n’y a pas la maîtrise foncière pour démaquiser, nettoyer et faire de l’agriculture. Il ne s’agit pas de prendre les terrains aux propriétaires, mais de les mettre en valeur. »

« Les agriculteurs entretiennent ces espaces propres mais c’est sûr que s’il n’y a pas un coup de pouce…Outre le fait d’aller dans le règlement du foncier à travers la titration, le PADDUC, etc…il faut des mesures plus urgentes pour aller où il y a vraiment un péril, parce-que la friche agricole est source d’incendie et de problèmes. »

Les maires impuissants 

Les maires du rural constatent également leur impuissance face à la prolifération du maquis. La municipalité n'a pas les moyens d'intervenir, partout en même temps. A Renno, il faudrait 100 000 € par an pendant 10 ans pour régulariser. Jocelyne Fazi, maire de Renno, présidente de l’association des maires de Corse-du-Sud.

« Le plan de prévention est à revoir intégralement dans l’intérieur de la Corse. Il y a une loi qui est le démaquisage à 50mètres des habitations…et après ? Je crois qu’il faudrait lutter contre cette végétation très dense, les jardins qui ne sont pas démaquisés, c’est aux maires de le faire, avec quels moyens ? Les lois quand elles ne s’appliquent pas sur un territoire il faut les réviser. Un village de 50 habitants qui n’a pas de budget, pour démaquiser tout ce qu’il y aurait à démaquiser, élaguer des arbres, démaquiser des jardins en indivision, moi j’essaie de faire le maximum mais je n’ai pas les moyens. »

Pour le moment l'Etat dit réfléchir aux demandes des communes et à celle des agriculteurs.